La dilution de la responsabilité

Papiers Libres le 23 août 2021

Je me souviens d’une expérience évoquée lors de mes études de psychologie qui relatait l’agression d’une personne à New York en 1964. De nombreux témoins étaient présents, mais les secours n’ont été prévenus qu’une heure après. En 1968, John Darley et Bibb Latané ont mis en évidence l’effet témoin qui consiste en une dilution de la responsabilité individuelle au sein du groupe, chacun s’appuyant sur la présence des autres pour qu’un autre prenne la responsabilité d’agir. Plus il y aurait de témoins, moins il y aurait de réactions.

Cette étude résonne particulièrement dans mon esprit depuis quelques temps, à la fois quand je me questionne sur la déresponsabilisation de l’Etat dans son désengagement auprès des patients et des acteurs de soin, mais également lorsque je me questionne sur la neutralité ou l’immobilité apparente d’une partie de notre profession face aux mesures gouvernementales qui s’en prennent aux fondements de nos pratiques.

Le 16 février 2021 l’expérimentation du remboursement des consultations de psychologues en libéral par la CPAM a été validée par la Cour des comptes réduisant les patients à leurs symptômes et leur imposant un parcours du combattant… L’arrêté du 10 mars 2021 sur les plateformes des Troubles neuro-développementaux (TND) avec une restriction de remédiation et rééducation des troubles uniquement, excluant toute pratique intégrative et le pluralisme des approches… Le 7 avril 2021, 25 députés Les Républicains assortis de 3 psychologues (sur 74 000) ont publié au journal officiel une proposition de loi pour créer un Ordre des psychologues… Le registre Adeli à l’ARS va être fondu avec les professionnels de santé… Dans les Maisons de santé pluridisciplinaires et en libéral les offres « psy » étudiants-enfants qui reprennent les nouvelles normes gouvernementales : prescription médicale, temps restreint, sélection des patients, tarifs minorés…

Loin de moi l’idée de vouloir moraliser, juger… ceux qui partageraient une opinion différente de la mienne. J’aimerais simplement entendre et comprendre les positionnements des invisibles sur l’actualité des psychothérapies et la réglementation de la profession de psychologue. Je crains que le qui ne dit rien consent ne serve de faire valoir au gouvernement qui use arbitrairement de son pouvoir. Pour ma part, je n’entends pas cautionner des dispositifs maltraitants par mon silence. C’est mon positionnement, pas le seul possible.

J’ai le sentiment que nous sommes tous concernés par ces décisions prises sans concertation, que l’on soit dans le secteur public ou privé, en libéral, enseignant, chercheur, en CDI ou en CDD, en recherche, stagiaire, étudiant… Et ce que l’on exerce dans n’importe quel champ de la psychologie : sociale, clinique, développement, travail, etc. Il est vrai que les mesures semblent attaquer de plein fouet ceux qui œuvrent dans le champ de la santé, mais lorsque l’on élargit le point de vue : tout le domaine de la psychologie risque d’être amoindrit, métamorphosé. Nous relevons tous du Ministère de l’enseignement et de la recherche, nous sommes tous issus des sciences humaines et sociales. Qu’en sera-t-il si un Ordre des psychologues est imposé par quelques-uns ? Comment la pluralité des pratiques sera préservée alors même que la proposition de loi est déposée de manière arbitraire par 3 psychologues non mandatés par leurs pairs et 25 députés LR ? Quelle autonomie de pratique aurons-nous lorsque l’on s’appuie sur les retours d’expérience des kinésithérapeutes, médecins… qui dénoncent le dogmatisme et la mise sous tutelle ? Si le parachutage de la prescription médicale pour les psychologues libéraux conventionnés est accepté par certains, qu’en sera-t-il dans les institutions et pour ceux qui refusaient initialement ? Et que vivront les patients qui se verront réduits  à leurs symptômes au lieu d’être considérés comme des sujets dans leur globalité ?

Comme beaucoup, il m’est arrivé de rêver d’être enfin représentée par une instance professionnelle, avec derrière l’espoir d’être entendue par autrui. Mais est-ce que cela sera le cas lorsque l’on observe le contexte sécuritaire au niveau sociétal et ces décisions anti-démocratiques qui pleuvent tous les quinze jours depuis des mois ? Comment faire confiance à des personnes qui n’estiment pas utile de nous concerter et passe outre les groupes de travail déjà engagés sur le sujet depuis des années ? Comment s’affranchir des enjeux de pouvoirs et des guerres de chapelle si le processus lui-même est autoritariste ? N’y a-t-il qu’un Ordre comme alternative ? Que vise l’Ordre : mettre au pas sous prétexte de maîtriser le chaos ? D’autres pistes comme un Haut conseil ou une Fédération représentative par exemple  pourraient être investigués.

Pourquoi l’Etat qui abandonne peu à peu le service public choisit de reporter sa responsabilité collective sur les épaules de chaque psychologue libéral qui se trouvera isolé et démuni face aux demandes des citoyens désirant devenir patients, mais qu’ils ne pourront plus accueillir faute de place, de temps pour penser, d’honoraires viables… ? Pourquoi ne pas embaucher dans les institutions ? Pourquoi l’Etat annonce des mesures, décrets et autres effets d’annonces, par la presse, sans concertation et sans explications ? Qui plus est après une année de crise sanitaire critiquée et une santé mentale qui devient soudainement une priorité à un an des élections présidentielles, mais qui en revanche n’inclut aucun psychologue du terrain aux Assises de la santé mentale repoussées au 27-28 septembre 2021.

Le gouvernement aura peut-être permis de nous rassembler, de passer outre les divisions légendaires pour faire un consensus autour de notre colère face à l’inacceptable et au mépris. Depuis février 2021, un collectif de professionnels s’est réuni autour d’une idée commune : oui au remboursement mais pas n’importe comment, en créant une entité libre et collaborative du nom de Manifeste des psychologues cliniciens et des psychologues psychothérapeutes. J’y trouve une ouverture d’esprit et une réflexion commune qui me réjouissent ; quelle que soit son orientation, chaque professionnel désirant apporter sa pierre à l’édifice est le bienvenu. Je dois dire que cela me fait du bien, ça soulage de vivre confraternellement un élan collectif porté par des valeurs communes, sans être embué par des enjeux de pouvoir. Cette dynamique et cette créativité, je les ai retrouvées lors de la manifestation du 10 juin 2021 qui a réuni des milliers de psychologues à travers une quarantaine de villes en France. C’est un mouvement historique pour notre profession si peu habituée à sortir de notre discrétion et de notre neutralité bienveillante, c’est dire l’ampleur, l’urgence et la gravité du chantier en cours. Le paradigme de la psychologie est littéralement en train de changer, dicté par des personnes qui visiblement méconnaissent ses pratiques, enjeux et mécanismes. J’en appelle à la responsabilité et à la solidarité de chacun des psychologues pour s’informer sur ce qui se trame et rejoindre les mouvements qui correspondront à sa sensibilité. La prochaine manifestation est prévue le mardi 28 septembre 2021. Ensemble, nous pouvons avancer.

Flora Thomasset

Psychologue clinicienne et psychothérapeute en libéral pour enfants, adolescents et adultes,

Formatrice en psychologie de l’enfant et de l’adolescent dans le champ de l’éducation,

Membre du Manifeste des psychologues cliniciens et des psychologues psychothérapeutes.

 

Pour élargir la réflexion :

https://blogs.mediapart.fr/fthomasset/blog/300621/prendre-soin-de-letre-humain-lheure-du-remboursement-des- consultations-psy

https://linktr.ee/Manifestepsy?fbclid=IwAR2Zd4-dXkV4gcBnOe7FUd6p2CT0jY07EXUiRFWdQHzoK0xkCyDZKkMnSQE

https://linktr.ee/CollectifPOP?fbclid=IwAR30w_wqOwraKzhALLXpa9I1i8DEEN_5fRemiONV10rsx_n2ShpW18FgJOg

Partage sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter