Articles

Pour effectuer une recherche précise veuillez utiliser le moteur de recherche détaillé.


Le groupe de parole en institution

Évoquer les points d’achoppement rencontrés dans son quotidien professionnel, ses doutes, ses errances, les partager en groupe avec des collègues du même hôpital et les mettre au travail, tel est l’objectif des groupes de parole institutionnels. Réel outil thérapeutique pour les participants, il permet par l’échange et l’écoute clinique de redonner du sens à ce que l’on fait, d’envisager différemment une relation à un malade, de soulever des questions éthiques ou encore de transmettre un savoir professionnel. Illustration.


De l’engagement dans la clinique

Auteur(s) : Garot Matthieu

Si la psychanalyse repose sur un principe de « bienveillante neutralité », dans certains cas la pratique clinique, même si elle se réclame de la psychanalyse, requiert davantage d’implication du psychologue. En témoigne le champ de l’urgence sociale.


De l’extraconjugalité contemporaine

Auteur(s) : Smadja Éric

Au-delà des strictes considérations sociales sur ce que d’aucuns nomment « l’infidélité », l’extraconjugalité relève dans sa complexité à la fois de déterminants socioculturels, historiques et intrapsychiques. Cela, avec des organisations propres aux couples contemporains.


Souffrance identitaire à l’épreuve du trauma de l’exil et des traumatismes migratoires

Les mouvements migratoires, d’exil ou de mobilité des patients dans nos univers culturels et nos dispositifs thérapeutiques enjoignent aux thérapeutes un double mouvement qui pourrait être facilité par la neutralité de nos institutions. Pour prêter empathiquement son flanc aux patients, le thérapeute doit opérer par des actes techniques et des mouvements exocentriques afin de découvrir l’universalité de l’autre et la lui offrir. C’est ainsi qu’il pourrait l’aider à reconquérir son identité, mise à mal par les siens en cas d’exil, en souffrance et en questionnement en cas de migration.


L’autisme, une façon d’être au monde ?

À travers le cas de Solal, deux professionnelles, une psychologue et une éducatrice, rendent compte ici d’une pratique conjointe menée dans un Centre d’action médico‑sociale précoce spécialisé (CAMSPS). Elles assistent ensemble à l’accès d’un sujet autiste au lien social.


Sécession à Vienne

Auteur(s) : de Azambuja Miguel

« J’ai voué à Vienne une haine personnelle et, à l’inverse du géant Antée, je prends des forces nouvelles chaque fois que je pose le pied hors du sol de la ville paternelle (1) », disait Freud à Fliess dans une lettre du 11 mars 1900. Héraclès affronta le géant Antée, fils de Poséidon et de Gaia, la Terre, lorsqu’il partit à la recherche des pommes d’or du jardin des Hespérides. Le combat fut âpre, le géant devenant plus fort chaque fois qu’il touchait la terre. Héraclès s’en aperçut, prit le géant et le souleva de terre, l’étouffant en l’air de sorte qu’il meure privé du contact avec sa mère nourricière.


L’un n’empêche pas l’autre

Auteur(s) : Houssier Florian

La politique est-elle un spectacle ? Comment ne pas envisager une telle perspective quand la valse des pantins devient une sorte de bal filmé incluant le risque de désigner l’homme politique comme un mauvais objet ? Dans un océan de redites, on assiste trop souvent à un effet d’hypnose collective où tout est dit et son contraire, dans des débats stériles tuant toute idée créative. La scénographie ressemble, à s’y méprendre, à un phénomène biologique, la destruction d’un corps lent. L’agonie d’une classe, politique, devient alors aussi écœurante qu’un plat roboratif, au point de ne plus avoir envie d’y toucher, dégoûté. Et puis, du délitement et de la confusion émerge une perle, les mots disent et l’inconscient parle : un premier ministre aurait peur d’être « ayraultisé » ; tout à son honneur viril, il renacle face à une érotisation qui participe pourtant à l’exposition du politique sur la scène sociale. Il s’oppose, son image doit rejeter celle de son prédécesseur. Les couples d’opposés ne sont-ils pourtant pas étroitement liés, à la façon de jumeaux déguisés ?


Pétition à signer : la profession de psychologue est en danger !

Dans la prochaine loi de santé, au vote début 2015, le psychologue n’existe plus ! Pourtant, tout est posé dans le premier article qui ouvre toutes les déclinaisons possibles des interventions des psychologues, quels que soient les champs, les modalités et temps d’intervention. Alors que se passe-t-il ?


Réaliser un bilan de compétences de qualité

Auteur(s) : Lemoine Claude

Le bilan de compétences, créé il y a plus de vingt ans, fait maintenant partie du paysage social ; il est reconnu comme un temps de formation pour les salariés et il offre un accompagnement à l’orientation personnelle et professionnelle tout au long de la vie.


Psychologie clinique et exercice de la psychothérapie à l’hôpital

Avec la reconnaissance du titre de psychothérapeute, certaines confusions ont pu s’insinuer pour les patients et l’administration hospitalière. Faire reconnaître la spécificité de ce qui est bien l’un des axes majeurs du travail de psychologue hospitalier, à savoir le suivi psychothérapeutique, commence peut-être par expliciter les spécificités de cet exercice, ainsi que l’intérêt pour certaines familles d’un travail thérapeutique à l’hôpital plutôt qu’en ville.


Pages

Partage sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter