Aspects du clivage dans les passages à l’acte violents

Le Journal des psychologues n°348

Dossier : journal des psychologues n°348

Extrait du dossier : Du visible à l’invisible, handicaps et accompagnements
Date de parution : Juin 2017
Rubrique dans le JDP : Pratiques professionnelles > Criminologie
Nombre de mots : 3900

Présentation

La clinique en milieu carcéral amène à rencontrer des patients ayant commis des actes de violence grave, dont des homicides ou violences sexuelles. Ils ont beaucoup de mal à se reconnaître dans leurs actes, commis parfois dans des états psychiques particuliers, quasi dissociatifs, sans que la psychose, pourtant, ne soit retenue. Le recours au clivage du Moi comme modèle de compréhension permet de mieux rendre compte des configurations psychiques à l’œuvre, et renvoie à un défaut de subjectivation de l’acte.


L'accès à cet article est protégé
Déjà abonné ? Identifiez-vous

Aspects du clivage dans les passages à l’acte violents

Pour citer cet article

Hetté Jérôme, Duputel Alexandra  ‘‘Aspects du clivage dans les passages à l’acte violents‘‘
URL de cet article : https://www.jdpsychologues.fr/article/aspects-du-clivage-dans-les-passages-a-l-acte-violents

Partage sur les réseaux sociaux

Violences extrêmes : le sujet de la radicalisation Violences extrêmes : le sujet de la radicalisation
Les expériences précoces, de la conception jusqu’à trois ans : quel impact psychopathologique à l’échelle de la vie ?

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter