Articles

Pour effectuer une recherche précise veuillez utiliser le moteur de recherche détaillé.


On ne peut pas se chatouiller tout seul

Auteur(s) : Pommier Gérard

Les neurosciences montrent que, sans le langage et sa prosodie, l’être humain dépérit. Pour l’expliquer, l’auteur invoque l’attrition, ce phénomène qui conditionne l’épanouissement du cerveau en fonction du développement des neurones. Pourtant, ce même phénomène illustre aussi que le corps psychique instruit l’organisme, que toute analyse sérieuse du comportement humain ne peut dénier l’apport essentiel de la psychanalyse.


Comment les psychologues peuvent bénéficier du développement de la santé mentale communautaire

Si la psychologie communautaire, sur le modèle de la santé mentale communautaire, fait l’objet d’un vif intérêt au niveau international, la discipline apparue dans les années 1960 reste encore bien méconnue en France. Pour autant, elle permet de penser différemment l’intervention psychologique en se dégageant des modèles psychopathologiques. Quelques services fonctionnent déjà qui demandent à être développés. Aux psychologues de s’engager plus avant en politique de santé publique et de participer au mouvement de la santé mentale communautaire.


Familles et enfants sous haute surveillance

Auteur(s) : Sellenet Catherine

Le temps de la protection de l’enfance est-il révolu ? Sous le couvert de soutien à la parentalité, une forme de police des familles à visée sécuritaire s’installe dans notre société. La protection de l’enfance se voit contaminée et infléchie par le champ de la prévention de la délinquance.


Enfants à « histoires »

Auteur(s) : Gaillard Bernard

Ce qui fait signe aux yeux de la famille et-ou de l’institution scolaire dans le comportement d’un élève doit être compris par le clinicien comme l’expression de conflictualisations qui ne sauraient faire l’impasse sur son histoire singulière.


Santé sexuelle : la médicalisation de la sexualité et du bien-être

Auteur(s) : Giami Alain

Désormais, le concept de santé est une valeur centrale et irrévocable du monde contemporain. Celui de santé sexuelle, prônant l’idée selon laquelle la sexualité ne se réduit pas seulement à une pratique de reproduction, mais participe aussi à une meilleure santé et au bien-être, a nécessité un cheminement plus progressif, même si son élaboration fut menée sous les auspices de l’OMS.


Habitat et espace psychique chez le sujet âgé. L’intervention du psychologue à domicile

Auteur(s) : Ferrari Anne

La prise en charge à domicile d’une personne en perte d’autonomie oblige à inventer d’autres modalités d’intervention que celles qui sont suivies en institution ou en libéral. Si instaurer un espace de parole et d’échange au sein d’un espace physique qui est le sien permet au patient de dominer certaines tensions internes, cela remet en cause la place du domicile dans l’économie psychique du sujet.


Un séisme familial

Auteur(s) : Polard José

L’annonce de la maladie d’Alzheimer est traumatogène. Au sein d’une famille, outre le séisme qu’elle provoque, elle fait surgir d’anciens conflits, bouleverse les rôle et place de chaque membre, mobilise des solidarités, remet en cause l’homéostasie familiale. Pendant combien de temps le soutien à domicile peut-il être maintenu, quels effets entraîne-t-il ? Comment organiser au mieux une entrée en institution ? Une professionnalisation de la famille est-elle nécessaire ?


De l’adolescent à l’adulte, passages et transitions. VIIe Congrès ISAPP, Montréal, juillet 07

Auteur(s) : Charest Rose-Marie

C’est à son congrès de Rome en 2003 que l’International Society for Adolescent Psychiatry (ISAPP) est devenue l’International Society for Adolescent Psychiatry and Psychology (ISAPP).


Rencontre avec le sujet dans la maladie d’Alzheimer. Pari d’un ultime transfert

Auteur(s) : Linx Patrick

Au décours d’une maladie d’Alzheimer, lorsque les mots se dérobent, que les images s’abîment et que le sujet se trouve confronté à l’inquiétante étrangeté de ses représentations de mot et de chose qui se délitent, le transfert se déployant dans une rencontre singulière n’est pas seulement un gain de temps sur la maladie mais aussi pour l’être.


Mémoire et souvenir dans la clinique du dément

Auteur(s) : Quaderi André

Malgré les écueils liés à la perte de mémoire, progressive et irréversible, le dément maintient un processus de pensée, friable mais présent. Si l’on postule que ses rappels verbaux compulsifs masquent en réalité une quête de sens et qu’ils ne se produisent que si une parole subjectivante est présente, quels sont, alors, les moyens dont disposent le praticien ou tout autre soignant pour bâtir un pont langagier ?


Pages

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter