Contre-transfert

Dans la rubrique : Article

Les patients douloureux chroniques questionnent la pratique. Comment les psychologues cliniciens les écoutent-ils ? Qu’écoutent-ils ? Que font-ils de la dimension de la douleur ? En se fondant sur deux études de cas, les auteures montrent comment l’expression de la douleur physique peut révéler des souffrances psychiques passées. Et comment, à l’inverse, l’écoute du corps, peut bloquer la pensée du patient. Un pari et un parcours surprenants.

Dans la rubrique : Article

Amener les professionnels à « dire sur le faire », à mettre des mots sur le travail réel si difficile à (s’)expliquer, apporter un étayage et un soutien clinique, relancer des dynamiques collectives là où régnait l’incompréhension… autant de situations qui nécessitent de la part du psychologue un constant travail d’ajustement des concepts, de sa méthodologie et de sa pratique. Illustration.

Dans la rubrique : Article

Le choc traumatique est d’abord une menace d’anéantissement de soi. Que se passe-t-il entre un clinicien et un sujet ayant éprouvé un tel traumatisme ? Autrement dit, qu’en est-il du partage du traumatisme, lequel, de manière paradoxale, peut être non représentable mais se transmettre ?

Dans la rubrique : Article

Qu’est-ce qui peut conduire un pervers narcissique à consulter un psychologue ou un psychothérapeute ? Cette étude de cas vient illustrer l’impasse thérapeutique dans laquelle la prise en charge de cette pathologie peut conduire en l’absence d’une extrême vigilance du professionnel.

Dans la rubrique : Article

La pratique dans le cadre judiciaire confronte le psychologue clinicien à des problématiques psychiques qu’il ne rencontre pas habituellement. L’étude d’un cas clinique nous mène à penser un passage à l’acte violent au regard du lien primaire à l’objet. Compte-rendu de l’intensité désorganisante de l’angoisse d’anéantissement née de la rencontre à l’autre.

Dans la rubrique : Article

Comment aider le sujet à penser / panser son traumatisme pour lui permettre de trouver une perception identitaire nouvelle lorsqu’un accident neurologique est venu faire effraction dans sa temporalité et a bouleversé son identité psychique et corporelle ? Immersion dans un service de médecine physique et réadapation.

Dans la rubrique : Article

Si les troubles cognitifs peuvent altérer la relation au patient, Hélène Oppenheim-Gluckman nous invite à réfléchir sur le type de cadre et de pratique psychothérapique à mettre en place avec ces patients cérébro-lésés, et plus particulièrement sur la place de la cognition dans notre économie psychique.

Dans la rubrique : Article

En quelques mots, très vite, un patient met en place une relation d’emprise sur son thérapeute. La violence exprimée ou sous-entendue les place alors dans un impossible dialogue. Il arrive que ce type de relation s’inverse quand l’institution ne peut qu’exprimer sa souffrance. Claire Netillard et Claudette Hugon nous proposent ici d’analyser ces conduites, l’une intervenant en maison d’arrêt et l’autre travaillant avec des patients pénalement obligés pour violences sexuelles.

Dans la rubrique : Article

Léa est une adolescente de quinze ans dont les problématiques illustrent bien celles de cette période charnière entre l’infantile et la vie adulte, et qu’elle met en scène ici dans la relation transférentielle, par un agir passant par des modalités variées telles que la recherche de séduction, la provocation ou l’expression dans un langage CRU. Au psychothérapeute, par sa posture et son travail de contre-tranfert, de permettre à l’adolescent de trouver la voie de l’élaboration.

Dans la rubrique : Article

Si la place des psychologues dans les services de soins palliatifs peut sembler une évidence, il n’en demeure pas moins que les contours de cette pratique clinique, entre soutien des patients en fin de vie et de leurs familles et accompagnement des équipes soignantes, sont toujours à préciser. L’auteur témoigne ici de la nécessité de s’étayer sur une formation en psychologie clinique, complétée d’une formation en soins palliatifs, et sur un référentiel conceptuel toujours à construire, afin de pouvoir proposer un cadre que les patients pourront choisir d’investir comme thérapeutique.

Pages

S'abonner à RSS - Contre-transfert

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter