Psychose

Dans la rubrique : Article

Lorsqu’une personne mise en cause pour un double meurtre présente, lors de son expertise, les symptômes d’un moment psychotique, peut-on pour autant émettre une hypothèse de culpabilité si l’on ne sait pas à quoi ils se rattachent ? Retour sur l’affaire régulièrement médiatisée de cet adolescent de seize ans accusé de passage à l’acte meurtrier, qui fut jugé sain d’esprit par les experts psychiatres, condamné à perpétuité par la justice, puis acquitté et libéré. Serge Raymond revisite l’expertise qu’il avait réalisée alors en postulant un moment psychotique. Exprimant à l’époque un doute sur sa culpabilité, il revient sur cette condamnation à laquelle, selon lui, aurait dû se substituer un non-lieu, si ce n’était l’acquittement.

Dans la rubrique : Article

Si des passages à l’acte meurtrier de sujets connus pour leur schizophrénie paranoïde interviennent souvent après un élément déclenchant, savoir repérer les indicateurs psychopathologiques ou de dangerosité, entendre et travailler sur les délires de persécution ou de préjudice permettraient de mieux prendre en compte leur souffrance et d’empêcher certains drames. Les quelques cas présentés ici et les pistes de stratégies thérapeutiques visant ces distorsions cognitives à l’œuvre en font la démonstration.

Dans la rubrique : Article

La médiation thérapeutique est souvent associée aux objets supports de médiation qui prendront fonction d’espace transitionnel et favoriseront la créativité. Lorsqu’elle prend pour cadre le groupe, le processus de médiation bénéficiera du travail de chacun et des interactions qui en découleront. La dimension thérapeutique s’inscrira alors dans l’évolution du groupe lui-même, l’institution constituant la première enveloppe contenante. Bernard Chouvier, spécialiste des médiations groupales, éclaire cette clinique.

Dans la rubrique : Article

L’été approche, il est temps de commencer à tout oublier, sauf ce qui remonte. Et il est des après-coups doucereux. Ainsi en va-t-il de la lecture du livre de Laurent Selsik, Le Cas Eduard Einstein 1. Dans une partie de billard à trois bandes, l’auteur nous balade dans les méandres des liens familiaux entre Albert Einstein, son ex-femme et leur fils aîné, psychotique traité à Burghölzli, la fameuse institution psychiatrique suisse dirigée par Eugen Bleuler et connue pour ses éminents spécialistes, tel Carl G. Jung. La correspondance d’Einstein avec Freud, incarnée essentiellement par le texte « Pourquoi la guerre ? », prend ici une autre tournure : comment ne pas penser à ces autres guerres, intimes, perdues par des parents pour tenter de sauver leur enfant ? « Mon fils est le seul problème qui demeure sans solution », écrira Einstein en exil.

Dans la rubrique : Article

Autour de la table, il n’y a que les patients. Personne pour les regarder, les écouter, les juger, les encourager ou les contredire. Les professionnels du soin ne sont pas loin, mais n’interfèrent pas. Du seul fait de ce dispositif original imaginé par l’équipe du CATTP de Mulhouse, une ébauche de mise en lien autonome peut être initiée.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec R. Abidon, P. Delion, O. Douville, B. Golse, M. Menès, J.-J. Moscovitz, E. Prado de Oliveira, S. G. Raymond…

Test alt

Dans la rubrique : Lire

En psychiatrie comme en psychologie clinique, le patient ne se réduit pas à ses symptômes ni à sa maladie qui ne peuvent pas être compris dans leur seule dimension négative et « handicapante » : ils ont un sens au regard de l'histoire du sujet relevant de diverses formes pathologiques de conflits, de traumatismes, de blessures psychiques. La reconnaissance d'un sens, certes au départ énigmatique, est la condition de toute prise en charge psychothérapique. C'est ce que nous enseigne la psychanalyse. Les auteurs reprennent ici la description des grands syndromes psychiatriques actuels en leur apportant l'éclairage de la métapsychologie freudienne et postfreudienne ainsi que celui de la psychopathologie psychanalytique et transculturelle d'aujourd'hui, sans ignorer l'apport des neurosciences, de l'éthologie, de la phénoménologie ou de l'école systémique. Ces approches théoriques de la clinique apparaissent indispensables à une sémiologie contemporaine des troubles psychiques et psychiatriques donnant à celle-ci les moyens de comprendre ce qu'aucun scanner ni aucune statistique ne peuvent montrer, à savoir les dynamiques, les conflits et les déchirures psychiques sous-jacents à l'expression de ces troubles.

Dans la rubrique : Article

Caminante est l’un des ces jeunes errants qui va d’un groupe à l’autre ou qui voyage seul avec son chien… Sa rencontre a ouvert une voie singulière de réflexion sur l’errance envisagée ici comme un aménagement psychique permettant de rendre moins destructrice une psychose à l’œuvre depuis l’adolescence. Un autre regard que l’on peut poser sur ces jeunes pour mieux les accompagner dans le « monde » dans lequel ils sont parvenus à s’inscrire.

Test alt

Dans la rubrique : Dossier

Comme en témoigne l’adoption du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale en janvier dernier, le sort des personnes que les économies modernes jettent à la rue – hors de leur domicile et, parfois même, hors de leurs frontières – est une préoccupation majeure du gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

L'ouvrage relève le défi de parler du travail thérapeutique auprès de patients psychotiques à la clinique de La Borde (Loir et Cher). Depuis 1953, Jean Oury y développe une logique du soin où le présupposé d'un transfert psychotique, dissocié et multiréférentiel tient lieu de "mot d'ordre" éthique et politique. Dans ce contexte où coexistent logique poétique et rigueur du soin, l'auteure s'attache à décrire au jour le jour l'accompagnement des sujets dans le déploiement de la vie quotidienne. Les éprouvés et les ressentis dus à une proximité de la psychose ainsi que leur effets sont élaborés au moyen d'une analyse institutionnelle permanente. Est décrit, au travers une cinquantaine de vignettes, ce qui touche au corps et au psychisme, communs au psychotique et au soignant, entre-corps où se manifestent des symbioses partielles, amorces d'une unité du sujet. Ce mécanisme s'inscrit dans un lien transférentiel où l'approche de la psychose se trouve renouvelée par la requalification qui peut être faite du terme de "contaminations" en possibles thérapeutiques. L'auteure s'appuie sur les travaux de Searles, Benedetti, Resnik, Pankow, Michaud et Oury. Un lexique reprenant les expressions utilisées en Psychothérapie institutionnelle est proposé en fin d'ouvrage.

Pages

S'abonner à RSS - Psychose

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter