Souffrance des jeunes : expérimentation d’une prise en charge remboursée

Actualités professionnelles le 19 mai 2017

Le décret 2017-813 du 5 Mai (publié le dimanche 7) précise la mise en place des expérimentations visant à organiser la prise en charge de la souffrance psychique des jeunes.

Issu de la loi de financement de la sécurité sociale du 23 Décembre dernier (article 68), ce dispositif permet notamment de tester  le remboursement par l’organisme d’une série maximale de 12 consultations dans un cabinet de psychologie libéral. Les modalités de mises en places sont  cependant très précises.

Tout d’abord, ce dispositif concerne les jeunes de 11 à 21 ans volontaires pour participer à l’expérimentation. Il exclu les troubles psychiatriques et risques suicidaires, qui devront être dirigés vers des structures adaptées. Une prescription sera donc nécessaire, qui sera réalisée par un médecin généraliste, un médecin scolaire ou un pédiatre, grâce à l’évaluation préalable réalisée en lien avec un psychologue de l’éducation nationale lorsque le jeune est scolarisé. Il est alors dirigé par un psychologue exerçant en libéral, inscrit sur le répertoire ADELI et ayant adhéré à la charte de l’expérimentation.

Pour chaque territoire concerné, c’est la maison des adolescents qui aura en charge la coordination du dispositif. Cela inclura des actions de formation ou de sensibilisation auprès des professionnels signataires de la charte de l’expérimentation. C’est également cette structure qui gérera le versement du forfait prévu directement au psychologue.

Les territoires retenus pour participer à cette expérimentation d’une durée de quatre ans sont les communes de Trappes, Les Mureaux (Yvelines), Garges-Lès-Gonesse, Sarcelles, Goussainville, Villiers-Le-Bel (Val d’Oise), ainsi que les départements de Loire Atlantique, Maine et Loire, Meuse, Vosges, Ardennes et Haut-Rhin.

Sur ces territoires, en leur qualité de représentant des différents acteurs impliqués, Maison des adolescents, agence régionale de santé et rectorat seront ainsi signataires d’une convention dans les six mois.

Ce dispositif, s’il s’avère concluant, représentera une étape importante dans la prise en charge de la souffrance psychique des jeunes mais aussi dans la valorisation des compétences des psychologues.

Benoit Catel

Sources :

Décret 2017-813 du 5 Mai 2017 (texte 58) et arrêté fixant la liste des territoires retenus pour l’expérimentation (texte 66) : Journal Officiel du 07 Mai 2017

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJO.do?idJO=JORFCONT000034600547

Partage sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnements papier + Web + applications (iOS et Androïd)

Newsletter

avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter