Terrorisme : la piste du modèle anormal de jugement moral

Actualités professionnelles le 30 juin 2017

Une équipe internationale de chercheurs a publié le 26 Mai 2017 dans  le journal nature human behavior une étude portant sur le jugement moral de personnes ayant commis des actes répréhensibles. Premier jalon d’un travail qui se devra d’être poursuivi et précisé, cette étude permet déjà de s’interroger.

Portant sur un échantillon de 66 personnes incarcérées en Colombie à la suite d’assassinats ou d’actions terroristes (auxquelles s’ajoutent 66 autres personnes constituant le groupe contrôle), l’étude consistait à faire passer une batterie de tests aux sujets, dont des échelles de cognition morale (évaluation de scenario).

Le jugement moral, selon les résultats de cette étude, semble être un élément discriminant entre des sujets présentant un passé criminel ou non. Ainsi, comme l’explique Augustin Ibanez, l’un des chercheurs à l’origine de l’étude, « les terroristes extrêmes jugent les actions des autres en se basant sur les résultats plutôt que sur les intentions sous-jacentes » (premier paragraphe du résumé de l’étude, traduction reprise de l’article de radio Canada).

A notre époque particulièrement riche en événements dramatiques, la lutte contre le terrorisme devient une priorité pour beaucoup de pays et d’institutions,  certains géants de l’Internet annonçaient ainsi  il y a peu l’enrichissement de leurs algorithmes de détection de contenus terroristes et le renforcement de leurs équipes de modérateurs.

Le but des auteurs est que leurs travaux soient repris afin d’arriver à la constitution d’un profil psychologique pouvant être utilisé lors de cette lutte. Cette continuité des travaux entrepris sera cependant encore longue. En effet, la présente étude porte sur un groupe restreint d’individus, mais surtout sur des sujets issus  d’une région particulière du monde. Un élargissement de l’échantillon aussi bien quantitativement que qualitativement (avec des sujets issus d’autres régions) sera indispensable. Mais les questions les plus importantes qui se devront d’être soulevées le seront en terme d’éthique, un cadre strict étant nécessaire afin d’éviter tout risque d’abus discriminatoire.

Benoit Catel

Sources :

Article de radio Canada : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1036505/deceler-esprit-terroriste-tests-psychologiques

Etude complète (en anglais) : https://www.nature.com/articles/s41562-017-0118

Article du site « les numériques » sur les algorithmes des réseaux sociaux : http://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/facebook-youtube-prennent-mesures-contre-terrorisme-n64025.html

Partage sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnements papier + Web + applications (iOS et Androïd)

Newsletter

avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter