famille recomposée

Dans la rubrique : Article

La recomposition familiale se présente souvent comme une trajectoire impliquant une succession de transformations que les membres de la famille ont à traverser. Et lorsque la séparation se superpose avec la rencontre et que le deuil lié à cette séparation ne peut être élaboré, la propension de l’agir à l’adolescence peut venir faire le lit de la violence intrafamiliale, tel un moyen d’expression des souffrances individuelles et familiales. C’est ce que nous donne à voir le suivi de la famille K.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Les contours de la famille dessinent de nouvelles formes de parentalités qui viennent bousculer les représentations anciennes des liens de filiation : familles recomposées, homoparentales, pluriparentalités... On ne saurait comprendre les souffrances familiales et leurs traitements sans prendre en compte les bouleversements de ces dernières décennies. Face aux pathologies familiales et à leurs diverses manifestations (négligences, rejets, maltraitances, incestes, secrets de famille), des psychothérapies sont souvent préconisées, qu'il s'agisse de thérapies avec la famille entière, de thérapies de couples ou de thérapies conjointes. Comment se repérer dans le foisonnement des diverses prises en charge ? Cet ouvrage retrace les approches théoriques qui permettent de comprendre les liens familiaux, les fonctionnements, les pathologies et les souffrances, mais aussi les modalités défensives, les ressources résilientes et les compétences familiales. Car le soin familial suppose de soigner avec la famille et par la famille. Le panorama des thérapies familiales (systémiques, psychanalytiques, psychodynamiques brèves, ethnopsychiatriques, psychodrame analytique, génogramme familial) rend compte de leur richesse et de leur complémentarité. Autant de possibles dans des dispositifs de soins qui de plus en plus permettent de s'adapter et de répondre aux particularités des patients pour soulager leurs souffrances.

Test alt

Dans la rubrique : Dossier

La famille est en mutation, et l’évolution des sciences qui permet aujourd’hui de concevoir un enfant hors relations de couple y est certes pour beaucoup. Mais les structures familiales changent également, les familles se recomposent, la parentalité évolue faisant place à des tiers, beaux-parents, parent de même sexe, etc.

Dans la rubrique : Article

Si la question des origines occupe une place centrale dans la structuration de l’individuation et du sentiment d’appartenance, le « récit des origines » devient quant à lui de plus en plus difficile à retracer et transmettre. Le développement de techniques d’aide médicale à la procréation, la complexification des formes familiales ou encore la remise en cause de l’identité sexuelle nous renvoient à cette question fondamentale à l’œuvre et au cœur de ces nouveaux liens de parenté.

Dans la rubrique : Article

Depuis quelques décennies, en France et en Europe, le modèle familial traditionnel fondé sur un couple composé d’une femme et d’un homme unis par les liens du mariage, et ayant des enfants communs, n’est certes pas contesté, mais ne constitue plus dans les faits le seul mode d’organisation de la vie familiale. Dans un contexte de mutation des modèles, la place faite aux grands-parents, beaux-parents, aux concubins homosexuels est donc en train de se redéfinir. Mais quelle en est l’évolution législative ?

Dans la rubrique : Article

Qu’est-ce qu’un parent aujourd’hui ? Si le cadre juridique permet aux adultes et enfants de se définir comme « père et mère de » et « fils et filles de », la qualité des liens ne peut se déduire de la simple filiation biologique ; la filiation psychique est à prendre en compte. Aussi, la clinique de la parentalité questionne la nature même de la filiation et place « l’intérêt de l’enfant » au centre des débats.

Dans la rubrique : Article

La famille évolue, se diversifie dans ses formes et, de fait, l’intervention sociale en direction de la famille évolue également. Mais dans quel sens et selon quels mouvements ? Bien sûr en essayant de s’adapter à la complexification des problématiques, mais ce n’est pas si simple et les motivations et choix d’orientation peuvent être ambivalents, voire diamétralement opposés. Aujourd’hui, quel visage prend l’intervention sociale et légale et quels en sont les objectifs ?

S'abonner à RSS - famille recomposée

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter