Soins palliatifs

Test alt

Dans la rubrique : Lire

En cancérologie et en soins palliatifs, poussés par une forte attente sociétale, les psychologues sont aujourd'hui invités à rencontrer les malades et les proches afin de les aider à articuler une parole claire, rationnelle et raisonnée, au plus près du discours médical. L'approche psychanalytique soutenue dans cet ouvrage consiste à effectuer un pas de côté vis-à-vis de cette posture de soin qui force la vie psychique. Il arrive que la maladie grave et la menace de mort deviennent l'occasion d'une parole autre sur soi et d'une véritable transformation subjective. A contrario, certains malades, notamment en fin de vie, refusent de produire tout effort de mentalisation et préfèrent rester tranquilles ; il est alors tout à fait important de respecter cette ultime volonté. Mais le plus souvent, plus modestement, la pratique psychanalytique quotidienne aide le patient à retrouver sa parole et à se dégager du bain médico-technique qui tend à gommer les moindres variations subjectives. Les auteurs de cet ouvrage donnent à ce travail de construction de sens toute la valeur qui lui revient. Dans cet écart entre ce qui a été communiqué au patient et ce que lui-même en dit, vient justement se loger la part désirante, qui lui permet, autant que possible et parfois jusqu'au moment de sa mort, de rester vivant avec la maladie.

Dans la rubrique : Article

Le 21 janvier 2015, les députés Alain Claeys et Jean Leonetti déposaient à l’Assemblée nationale une proposition de loi « créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie * » pour faire évoluer celle du 22 avril 2005, dite « Loi Léonetti », en réponse aux nombreux débats publics sur les inquiétudes des Français concernant les conditions de leur fin de vie, mais aussi leurs difficultés à s’imaginer un jour dépendants de la médecine. Il s’agit là de construire, en appui sur les soins palliatifs, une autre alternative que ce qui est proposé par les mouvements en faveur soit d’un droit à l’euthanasie et au suicide médicalement assisté, soit d’un droit inconditionnel et inaliénable à la vie…

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Plaidoyer en faveur de la présence de psychologues dans toutes les équipes de soins palliatifs, cet ouvrage met à leur disposition un outil pour penser à la fois la fin de vie et leur positionnement professionnel, en livrant ici les fondements de ce que l'auteur nomme la psychothérapie transitionnelle. Exerçant depuis plus de 15 ans en soins palliatifs, Axelle Van Lander s'est appuyée sur l'analyse de plus de 300 suivis psychologiques pour mettre en évidence les mécanismes psychiques à l'oeuvre dans le vécu de la proximité de la mort ainsi que les effets bénéfiques de l'intervention des psychologues en soins palliatifs sur la détresse des personnes. Elle décrit les temps et les modalités de travail des psychologues, en pointant les limites et les risques, pour le patient et pour le soignant.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec V. Blanchet et al., C. Lévêque et al., A. Villate et al., V. Morel et al., S. Rostaing-Rigattieri et J. Guérin.

Dans la rubrique : Article

Deux des psychologues qui ont participé à l’écriture du Référentiel des pratiques des psychologues en soins palliatifs reviennent ici sur les observations de terrain et les motivations qui ont conduit à l’élaboration collective d’un tel document. Son objectif : être un outil au service des psychologues afin de les accompagner dans le choix et la défense de leur pratique, de leur place et de leur spécificité, tant pour eux-mêmes qu’auprès des patients et des équipes pluridisciplinaires. Un résumé de ce référentiel vient illustrer le propos.

Test alt

Dans la rubrique : Dossier

Au dernier recensement fait par la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) en 2014, la France compte 389 équipes mobiles de soins palliatifs, 132 unités d’hospitalisation de soins palliatifs, 112 réseaux, un certain nombre de lits identifiés dans les établissements et des équipes d’hospitalisation à domicile formées pour proposer des soins palliatifs.

Dans la rubrique : Article

En parallèle de notre progression sur le terrain, il semble qu’un fossé se creuse avec les universités de psychologie concernant la formation des étudiants et futurs psychologues à la pratique en soins palliatifs. Les modules de formation intègrent parfois quelques heures dédiées aux soins palliatifs, mais cela reste très modeste et aléatoire d’une université à l’autre.

Dans la rubrique : Article

À l’heure d’un basculement épistémologique de l’ancien modèle de l’accompagnement et des soins palliatifs vers un modèle de « médecine palliative », les psychologues ont plus que jamais une place à occuper dans ces services, pour se faire les garants d’une éthique humaniste.

Dans la rubrique : Article

Dans les services de soins palliatifs, la demande d’entretien prend parfois des tournures inattendues. Un dispositif de soin spécifique doit être pensé, qui ne soit pas intrusif, pour permettre au patient d’investir, dans la temporalité qui est la sienne, une rencontre où il pourra mettre au travail son vécu de la maladie.

Dans la rubrique : Article

Lorsque l’enfant en bas âge est confronté à l’effraction de la maladie et à l’irruption de la mort dans sa vie, comment lui permettre de s’adapter à cette réalité et de devenir autonome malgré tout ? Comment soutenir les liens familiaux qui peuvent être amenés à évoluer au fil du temps ? Comment aider à cheminer sur ce parcours jalonné de pulsions de vie et de pulsions de mort ? Le suivi d’Anna et de sa famille sur quelques années nous plonge au cœur de cette clinique spécifique.

Pages

S'abonner à RSS - Soins palliatifs

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter