Rôle et fonction du psychologue dans une équipe pluridisciplinaire en AEMO

Le Journal des psychologues n°242

Dossier : journal des psychologues n°242

Extrait du dossier : La pluridisciplinarité : le psychologue et les autres
Date de parution : Novembre 2006
Rubrique dans le JDP : Dossier
Nombre de mots : 3200

Auteur(s) : Vue-Artaud Claire

Présentation

En AEMO, le psychologue n’intervient que sur ordonnance judiciaire, à la demande expresse du juge pour enfants, ce qui influe sur la manière dont les familles concernées accueilleront cette proposition de soutien. Comment le psychologue, dans un tel contexte, se dégage-t-il de cette obligation judiciaire pour préserver l’authenticité de ses fonctions tout en soutenant le lien et en favorisant l’action avec les autres intervenants de l’équipe ?

Détail de l'article

La dangerosité est le critère déterminant de l’intervention sociale et judiciaire, elle n’est pourtant pas un critère suffisant pour ­évaluer les risques psychologiques qu’une dynamique familiale morbide fait peser sur le développement d’un enfant.” ­(Bouregba A., 2002.)
Un service d’action éducative exerce des mesures d’action éducative en milieu ouvert dans le cadre d’une protection judiciaire de l’enfant en danger. Il s’agit donc d’une aide éducative sous-contrainte, ordonnée par le juge pour enfants. Les attendus du jugement constituent donc l’ossature du projet éducatif.
L’intérêt du travail du psychologue dans ce type de service résulte de la polyvalence de sa fonction : il intervient à la fois en direction de l’équipe, des éducateurs, des familles et de l’institution, et parti­cipe, au sein d’une équipe pluridiscipli­naire, à l’élaboration d’un projet d’action éducative.
Notre réflexion consistera ici à identifier et à interroger les spécificités, la singularité et la pertinence de sa pratique, à la rendre transmissible, mais aussi à en dévoiler ses paradoxes et impasses tout autant que ses richesses. Notre démarche s’appliquera à déployer la place et la fonction du psychologue dans le déroulement des mesures judiciaires. Dans cette perspective, nous proposons de témoigner du comment faire, de nos savoir-faire et de leurs conséquences en articulant différentes orientations du travail du psychologue. » C’est le doute qui fait la certitude de notre métier. » Accepter les risques, les impasses, est peut-être une façon de se mettre au travail et de faire invention et nouveauté.

 

L’accueil des familles ou « l’alchimie d’une rencontre » : « Là où c’était, le “je” doit advenir. »

Dans le cadre institutionnel, et en tenant compte de la commande du magistrat, le psychologue intervient auprès des familles à leur demande, mais le plus souvent à la demande de l’équipe et de l’éducateur. Il exerce ainsi un soutien auprès des familles, met en place des stratégies d’orientation vers des espaces de soins ainsi que des évaluations.
Le temps inaugural de toute rencontre se noue autour de l’accueil du sujet, dans sa dimension d’acceptation de l’altérité. Mais aussi au sens de cueillir (1) le symptôme, son mode de surgissement ou d’inscription. L’évaluation du fonctionnement psychique de la famille, du jeune, en termes de repérage structurel, nous conduit à déterminer une stratégie d’accompagnement en fonction de la problématique. Dans une logique du cas par cas, nous apprenons de la personne elle-même comment lui parler et à l’accepter là où elle en est. Il s’agit en effet de laisser ouvert un espace d’invention dans la relation. C’est à partir des signifiants du sujet, ceux qui déterminent son histoire et ses symptômes, que nous allons essayer d’» entendre le sujet au-delà de ce qu’il dit ».  »Être et parler : on n’est pas ce qu’on parle parce qu’on dit toujours d’autres choses que ce qu’on dit en même temps qu’on dit.» (Durandeau, 1982, p. 59.) Dès lors, nous sommes à l’écoute d’une parole singulière, imprévisible et incalculable dans ses effets. Et le ressort principal de notre intervention vise à favoriser un espace de » subjectivation », de faire advenir du sujet, c’est-à-dire d’un quelque chose qui fasse signe au sujet sous formes de plainte, question, demande, symptôme.
Mais, en premier lieu, nous avons à mesurer chez le sujet la possibilité d’une ouverture langagière ou pas. Et précisément celle-ci peut-être oblitérée par l’absence de consentement de la part du sujet en raison du caractère obligatoire de sa venue et de ce que l’on attend de lui (attendus édictés par le magistrat). Nous tentons alors de transformer une relation imposée en stratégie de cohabitation, c’est-à-dire de trouver et inventer les moyens de la protection de l’enfance.
Et l’intervention du clinicien peut être, là, déterminante. Il essaye de favoriser une voie de frayage entre obligation et volontariat en sollicitant essentiellement la réalité psychique du sujet et en s’autorisant parfois à prendre une certaine distance à l’endroit des attendus.
Au fond, le psychologue essaye de saisir l’écart entre la loi pénale (2) et la loi symbolique, et de tisser leur lien. Il perçoit le décalage entre la demande du magistrat, lui-même à son tour pris parfois dans des effets de miroir, et ce que l’on peut en soutenir.
A contrario, dans certaines situations familiales, en l’occurrence de ce que l’on appellerait volontiers les » pathologies de la loi » où le passage à l’acte devient la règle et peut même être entériné par le magistrat, le jugement peut alors servir de filet et de tremplin à l’intervention. L’intervention judiciaire vient dans ce contexte faire tiers et apporter des garanties.
Tels sont les axes de travail du clinicien auprès des familles. Pour autant, nous allons mettre en tension un certain nombre d’impasses auxquelles nous pouvons être confrontés dans notre prati­que ; en particulier, cette position d’interface que nous occupons à l’endroit des familles, de l’équipe ou des partenaires extérieurs.

 

Répercussions de ce double fonctionnement

Pressions exercées sur le travail du psychologue en termes d’évaluation du danger ou d’indication de soins de la part du magistrat.
Lorsqu’il s’agit d’orienter vers un espace thérapeutique pour coller à la demande et y être conforme, la démarche court un grand risque d’être vouée à l’échec : » Je le ferai parce que le juge me le demande. »  L’intérêt de l’intervention du psychologue consistera alors à tenter de trouver des leviers pour que cela prenne sens pour la personne et qu’elle soit en capacité de reconnaître sa souffrance. Cas de figure d’autant plus acrobatique que nous travaillons avec ce paradoxe de l’obligation judiciaire. Faire accepter la perspective d’un travail thérapeutique peut prendre beaucoup de temps et, à l’heure de la rentabilité et de l’efficacité dans la suppression du symptôme, un vaste chantier de réflexions s’ouvre à nous.
Il s’agit pour le clinicien de » donner goût à la parole et au sens ».
La vérification de la poursuite des soins avec des partenaires est parfois vécue comme une intrusion et s’apparente à une position de contrôle. Il est notamment important de déterminer pour quelles raisons telle personne a mis un terme à son suivi, alors que le juge en demandait la poursuite, et de pouvoir le travailler avec l’équipe. Dans ce contexte, l’appréciation de la situation par le psychologue avec le partenaire extérieur repose sur des échanges cliniques. Nous avons à l’esprit qu’en aucun cas, il n’est question de faire du forçage, c’est à la personne de s’approprier cet espace qui lui est offert. À l’inverse, dans le cadre d’une pathologie parentale, un travail étroit avec des partenaires est souvent très fécond et porteur d’évolution positive dès lors que les rôles et places de chacun sont respectés.

 

Aurélie ou le travail sur la demande
Le psychologue est amené à rencontrer Aurélie à la demande de l’éducateur en panne face à son silence.
Aurélie est prise dans une triple injonction : celle de sa mère malade qui l’oblige à proférer des insultes qu’elle ne veut pas dire, la demande de son entourage qui l’oblige à aller rencontrer un psychologue pour ne pas devenir comme sa mère, enfin la demande du juge d’un suivi thérapeutique. Au cours des entretiens, Aurélie ponctue son discours par des expressions du type : « Je ne sais pas comment dire », « comment dire », « ce n’est pas ce que je veux dire », laissant apparaître l’écart entre ce qu’elle dit et ce qu’elle souhaiterait dire. On peut aussi l’entendre comme » ce n’est pas ce que j’ai envie de dire, mais tu m’y obliges », versant injonction maternelle. Par ailleurs, Aurélie rapporte un paradoxe entre « je n’ai rien à dire » et « il faut que je parle », versant demande impérieuse de l’entourage.
En outre, parler dans le cadre de cette injonction judiciaire suscite en elle beaucoup d’inquiétude, sous-tendue par la crainte d’un placement. Elle pourra d’ailleurs nommer cette peur à un moment donné de son parcours avec le psychologue.
Grâce à l’accueil de son silence, et au sens donné à ce que pouvaient représenter pour elle les risques de la parole, une orientation vers un espace thérapeutique a pu être efficace, et la levée de la mesure judiciaire a pu être demandée. Nous voyons, là, la façon dont une mesure judiciaire peut venir freiner l’apparition du sujet, tout en le mettant au travail.

 

Intervention du psychologue au sein de l’équipe pluridisciplinaire ou comment donner du « pousse à la pensée »

Le psychologue participe aux différents temps de réflexion de l’équipe, dans les espaces de synthèse, ou de manière moins formelle avec l’éducateur autour de points de situation.
L’équipe pluridisciplinaire convoque la complémentarité et la subjectivité de chacun. La réunion de synthèse est par excellence le lieu où se jouent la singularité et l’histoire de chacun, mais aussi sa formation et ses compétences. L’équipe se présente alors comme un espace d’invention, de construction, de création de sens et de pensées en mouvement. Il s’agit de « compren­­dre au sens de mettre ensem­ble «, et de trouver des repères communs.
Au cœur de cette subtile alchimie, le psychologue doit faire preuve d’imagination et s’engage à prendre cette place d’intermédiaire entre l’éducateur et « l’usager », dans une fonction tierce.

 

Fonction de tiers du psychologue : « De la clinique éducative »
Nous avons à l’esprit que les problé­matiques des usagers auxquelles les ­éducateurs sont confrontés au quotidien peuvent précipiter ou entraver leur travail.
Aussi, le psychologue, souvent moins directement impliqué dans les problématiques familiales, est incité à assumer une position tierce qui nécessite de renoncer à un idéal pour lui-même et pour les autres. C’est un équilibre à trouver qui implique de tenter de dissiper des divergences et des contradictions comme d’aider à créer du lien à partir de désaccords. Il sous-entend la capacité de saisir les situations, mais aussi d’accepter qu’elles échappent.
Plusieurs lectures de sa fonction sont ­possibles.
Son intervention se situe au carrefour de plusieurs histoires singulières pouvant entrer en résonance : celle de la famille, celle de l’éducateur et la sienne propre.
Il convient pour le clinicien d’aider l’éducateur à se dégager du réel de l’histoire familiale contre lequel parfois il se cogne. L’éclairage clinique favorise souvent une réassurance chez l’éducateur, des élaborations psychiques, une mise en sens féconde pour ses futures interventions.
Il vise à faciliter chez l’éducateur une meilleure distance vis-à-vis des problématiques familiales dans une prise de conscience et la symbolisation des répercussions sur eux-mêmes des souffrances des sujets. Il contribue ainsi à favoriser chez l’éducateur un travail d’élaboration psychique en mobilisant ses ressources personnelles. Il est nécessaire pour cela de partir de la personne de l’éducateur elle-même, de repérer son fonctionnement, ses résistances, et de le soutenir, et d’offrir un contenant à son angoisse.
Par ailleurs, le psychologue peut s’autoriser à s’affranchir de la commande du magistrat (comment s’en passer pour mieux s’en servir ?) qui peut venir faire obstacle à l’apparition du sujet ou méconnaître une pathologie. Son rôle est alors de percevoir le décalage entre la commande du juge et ce que l’on peut en soutenir, pour le soumettre ensuite à la réflexion de l’équipe.
Par ailleurs, son rôle de tiers lui permettra d’entendre l’intensité de certaines projections imaginaires ou bien de repérer des effets de miroir et de les restituer à l’équipe. Il s’agira alors d’évaluer les faits d’aliénation et leurs retentissements éventuels sur les éducateurs, mais sur lui également. Cela peut consister à apporter de la nuance par rapport à un excès de désir ou d’attente de la part de l’éducateur ou encore de celui qui se substitue à un rôle parental.
S’appuyant sur la parole et ses effets, il sera à l’écoute d’un signifiant ou d’un symptôme qui aveugle et le mettra en évidence pour créer une ouverture ou contourner, si possible, les effets de stagnation. Il est fréquent qu’un signifiant se mette à fonctionner comme « trou d’aspiration » avec comme effet la dilution ou disparition du sujet.

 

Illustrons nos propos
Il arrive qu’un éducateur, aux prises avec l’apparence des faits, demande un placement d’urgence alors que d’autres solutions peuvent s’envisager.
Cadre de l’intervention : demande du juge d’évaluer une situation et de prendre une décision de placement, pour le week-end, d’un jeune bientôt majeur qui vivait jusqu’alors en internat scolaire la semaine et retournait chez son père le week-end.
Nous recevons donc le père et son fils pour évaluer la notion de danger. En effet, violence et incommunicabilité se conjuguent et la surenchère de la violence du père (menaces de coups de couteau) fait craindre le pire. Ce père très angoissé réagit de manière pulsionnelle et craint lui-même de « péter les plombs ». Pourtant, après appréciation de la situation, et la mise au travail d’un signifiant autour duquel tout se cristallise, nous faisons le pari d’un retour possible de ce jeune chez son père au quotidien. L’analyse révèle que ce fils se vit comme « en trop » et teste les limites de son père dans un « m’aime-t-il, que me veut-il ? » Quelques entretiens leur auront permis de mettre en mots ce qu’ils agissent l’un vis-à-vis de l’autre et de pacifier leur mode relationnel.

 

« Écouter, c’est suspendre toute fonction critique et parfois intervenir pour essayer de traduire, mettre éventuellement en valeur ce qui vient d’être dit par un locuteur. »

(Durandeau J., op. cit., p. 34.)
La fonction du psychologue serait d’« amener à regarder là où l’on ne regarde pas ­d’habitude ».
Le psychologue apporte à l’équipe un éclairage clinique. D’une certaine manière, il s’appuie sur le rapport que le sujet entretient avec la parole et son désir, pour s’orienter. C’est à partir d’un travail d’échanges de groupe et en valorisant la complémentarité psychologue-éducateurs qu’un travail – d’élucidation, d’ébau­ches de construction et d’hypothèses diagnostiques de la situation familiale – se déploie et aide à trouver des solutions ou des issues dans le meilleur des cas.

 

Soutien technique
En premier lieu, le psychologue s’applique à rendre compte de sa position et-ou de son action, exposé qu’il peut réaliser selon le canevas suivant :
1 – La mise en relief d’une organisation psychique, d’un mode de fonctionnement.
Dans cette perspective, le psychologue accueille la parole du sujet et, éventuellement, l’expression de sa pathologie, au travers de laquelle il décèle les mécanismes de défense et essaye de « débusquer » leurs rôles et leurs fonctions. Il tente d’étayer la notion de gravité à l’aide d’éléments diagnostiques, voire d’un diagnostic, et en s’interrogeant sur en quoi une intervention brutale ou pas, dans la réalité, peut avoir des retentissements sur une pathologie ?
2 – Le repérage de la structure à partir des catégories freudiennes de névrose, psychose et perversion.
En effet, si l’on considère que le danger psychique a un rapport avec les incidences de la pathologie mentale, ou si celle-ci peut avoir des retentissements sur les mauvais traitements, alors se repérer dans la structure d’un sujet facilite une « clinique des mauvais traitements ».
3 – Éprouver le rapport du sujet au désir mis en mouvement par la parole, soit son rapport au manque et à la loi, c’est-à-dire serrer au plus près le rapport que le sujet entretient avec la loi, en termes de refoulement, déni, dénégation, forclusion.
4 – Réfléchir aux meilleures modalités de rencontre entre la famille et les différents intervenants.
Soutien des préparations d’entretiens et reprises d’action.
Soutien de l’éducateur auprès des familles dans le cadre d’une intervention en binôme.
Faire valoir un avis en s’appuyant sur ses convictions et ses outils techniques.
Pour autant, gardons à l’esprit que c’est dans l’écart entre la pratique et la théorie que le psychologue se pose la question de sa place et de ce qu’il peut en soutenir. Sans cesse, il remet au travail sa position afin de ne pas s’identifier à sa fonction et cherche la juste place que doivent occuper le devoir dire et la jouissance de dire.

 

Les écrits du psychologue pour le magistrat : « Se parler pour écrire. »
En fonction de la position de l’équipe et de l’éducateur et selon les cas, un compte-rendu pourrait être transmis au magistrat, dans lequel le psychologue fournirait des éléments d’évaluation ou d’analyse, des suggestions et hypothèses ou des recommandations circonstanciées pour une orientation. Ce travail d’écriture pourrait être conçu avec la collaboration de l’éducateur.
Cela étant, nous savons que le processus de l’écrit ne s’entreprend souvent que lorsque celui de la parole, sous forme d’échanges, a été initié.
Écrire est un acte qui engage le psychologue mais aussi la famille. Écrire est également une façon de s’interroger et de repenser sa pratique.

 

Le rôle du psychologue au sein de l’institution

L’institution se présente comme « une machine à trans-faire » et « fabrique du lien social ». (Rouzel, 2002, p. 168.)
À partir de l’offre institutionnelle et au regard de son engagement, le psychologue, lui, tente de « fabriquer », de « bricoler » sa place et de construire son espace, « il vise à faire advenir de la parole et du sujet ». La pratique pluridisciplinaire est féconde, mais tend parfois à gommer la singularité et la subjectivité des différents intervenants et des usagers. C’est pourquoi le clinicien veille à ce que la parole de chacun ne soit pas réduite et diluée dans le collectif. Cela peut nous inciter à réfléchir sur la question de l’éthique et de sa transmission au sein du collectif.
Le psychologue apporte des ouvertu­res en matière de réflexion, à l’aide de supports théoriques et cliniques, aide à conceptualiser les situations. Ainsi, il confronte sa position à celle des autres sans pour autant s’y assimiler, afin
de proposer des compromis et déjouer les tentations de compromissions, sans ­disparaître ou faire disparaître l’autre.
Mais aussi, il s’efforce de favoriser le travail en partenariat et de le stimuler de l’intérieur vers l’extérieur par le biais de concertations et d’orientation vers des lieux de soins. Il participe ainsi à l’élaboration de projets, à des groupes d’activités en vue d’améliorer la prise en charge des sujets. Plus globalement, le psychologue est en mesure de prendre place dans les fonctionnements et dysfonctionnements institutionnels.
En conclusion, nous pouvons nous poser la question de savoir comment trouver du plaisir à travailler ensemble dans cette institution tout en faisant jouer l’écart posé par Freud entre le principe de plaisir et le principe de réalité ?

 

Notes
1. Accueillir : du latin populaire accolligere, dérivé de colligere, «réunir, rassembler, ramasser «, d’où «cueillir ».

2. «L’œil de la loi regarde mais n’entend pas».

Pour citer cet article

Vue-Artaud Claire  ‘‘Rôle et fonction du psychologue dans une équipe pluridisciplinaire en AEMO‘‘
URL de cet article : https://www.jdpsychologues.fr/article/role-et-fonction-du-psychologue-dans-une-equipe-pluridisciplinaire-en-aemo

Partage sur les réseaux sociaux

Une chance pour l’enfant en difficulté : les SESSAD Une chance pour l’enfant en difficulté : les SESSAD
Patients atteints d’un glioblastome : de la vulnérabilité à l’urgence de vivre

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter