Maltraitance

Dans la rubrique : Article

La surdité d’un enfant, mal intégrée et mal vécue, peut engendrer des comportements inadaptés, des actes de violence, chez le sujet qui en est affecté, et chez l’« autre », le proche dont elle affecte la relation. Abordant cette problématique au regard de la société libanaise, cet article interroge les réactions des parents et enfants qui se défendent face à cette source d’angoisse que représente la déficience auditive. Comment ne pas tomber dans le déni de la surdité, l’accepter, s’adapter et ainsi favoriser l’épanouissement psychique et relationnel de l’enfant sourd ?

« Les êtres humains ressentent comme bizarre, et par là même virtuellement menaçant pour eux,
tous ceux qui ont une différence » (Chiland C., 1995).


Dans la rubrique : Article

Le Syndrome d’aliénation parentale permet de caractériser des phénomènes survenus lors de rupture, clivant les familles entre le « Parent gardien » et le « Parent refusé ». Mais n’y a-t-il pas un sérieux danger de cataloguer bon nombre de situations sous ce syndrome alors qu’en réalité les cas sont plus complexes et auraient des causalités multifactorielles ? Jean-Yves Hayez s’interroge ; et nous rappelle que, pour appréhender, comprendre et prendre en charge famille et enfant, l’investissement intensif de services judiciaires et sociaux est primordial.

Dans la rubrique : Article

Les possibles souffrances narcissiques d’une mère et d’un père lorsqu’ils se séparent se répercutent sur leur vie, sur leur relation, et surtout, sur leur relation à l’enfant. Ce dernier, instrumentalisé, enjeu des conflits pour sa garde, pourrait alors souffrir d’une forme d’assujettissement à l’un des parents pour rejeter l’autre et se couper de toute relation avec lui. Richard A. Gardner a proposé d’isoler un syndrome à partir des signaux cliniques observés dans ces situations de séparation conflictuelle. Voici les critères d’évaluation diagnostique qu’il propose.

Dans la rubrique : Article

Le Syndrome d’aliénation parentale peut être évoqué lors de conflits parentaux, mais il nécessite encore d’être défini, appréhendé et l’évaluation optimale des mécanismes de cette manipulation, aliénation, de l’enfant est nécessaire. S’intéresser au SAP, c’est se pencher particulièrement sur la situation de l’enfant : se considérant « libre penseur », il peut en réalité agir et s’exprimer sous l’emprise du parent aliénant. Mais dans quelles mesures ? À quel moment peut-on parler d’aliénation ? Si le SAP est une réalité, systématiser son recours pourrait être une dérive.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Qu'est-ce que vieillir en huis clos ? À partir d'un événement représentant une menace réelle ou fantasmatique, un périmètre verrouillé est délimité autour d'une ou de plusieurs personnes âgées vulnérables. La parole, les actes, voire les pensées de celles-ci sont alors placés, plus ou moins durement, sous contrôle. Les relations familiales se dégradent, les aides professionnelles sont entravées. Ces situations, de plus en plus fréquentes, sont favorisées par la vulnérabilité liée à l'allongement de la vie et par la tentation du repli sur soi lors du grand âge. Deux grands dangers guettent alors : une surprotection infantilisante par un ou plusieurs membres de la famille ou des abus de toutes sortes (psychiques, sectaires, financiers, sexuels) avec l'emprise et la violence qui les accompagnent. Y sont confrontés tous les professionnels du maintien à domicile mais aussi ceux qui exercent en libéral, dans les différents réseaux gérontologiques, ou même en institution où le huis clos peut aussi s'immiscer. Du fait divers aux situations cliniques, en passant par les œuvres de création, les auteurs analysent les mécanismes agissant dans les huis clos, donnent des repères pour les identifier, alertent sur les conséquences et ouvrent des pistes pour en sortir.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Lorsqu'un enfant est en danger dans sa famille, lorsque ses parents ne peuvent pas ou ne savent pas l'élever ou le protéger, lorsqu'ils le maltraitent, lorsqu'ils sont violents ou lorsque l'enfant a commis des actes de délinquance qui justifient une privation de liberté, l'État doit assurer son placement. Comment faire pour que le placement soit réussi ? Pour que la rupture ne soit pas un traumatisme supplémentaire ? Comment accueillir l'enfant, avec ses souvenirs douloureux, ses colères, sa violence, sa peur ? Comment préparer l'après-placement ? Les auteurs analysent la politique des organismes chargés de la protection de l'enfance : la PJJ et l'Aide sociale à l'enfance. Ils présentent les réalités concrètes du placement, les modes de fonctionnement, les résultats, les innovations, les échecs, les difficultés, la vie au sein d'une famille d'accueil, d'un centre de milieu ouvert où s'effectuent des placements séquentiels, d'un centre de placement éducatif, ou d'un centre éducatif fermé. Le problème douloureux des «enfants incasables», la question complexe du retour de l'enfant dans sa famille et de son accompagnement sont également abordés. En contrepoint est proposée une ouverture sur le placement de l'enfant en Allemagne et au Royaume-Uni.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Frappées par la violence de notre société violence des catastrophes naturelles ou accidentelles, violence des guerres, terrorisme, agressions physiques et psychiques, viols, maltraitance , les victimes traumatisées cherchent un soulagement à leur souffrance et un soutien compétent à leur vécu de détresse et d'abandon. Traumatismes psychiques. Prise en charge psychologique des victimes permettra aux psychologues confrontés à ces patients de mieux comprendre cette pathologie du trauma et de connaître les techniques de soin et de suivi thérapeutique. Cet ouvrage présente : - les tableaux cliniques, immédiats, post-immédiats et chroniques déterminés par le trauma ; - les approches thérapeutiques appropriées aux victimes ; - des exemples concrets d'interventions, d'actions ou de soutien psychologique. Dans ce livre, le lecteur trouvera des approches thérapeutiques originales et peu connues, comme l'intervention psychothérapeutique post-immédiate (IPPI), l'approche sérielle des victimes et l'accompagnement psychologique des familles endeuillées ; il sera également initié à des techniques thérapeutiques spécialisées, telles l EMDR, le débriefing des otages libérés, la technique des trois dessins et la mallette de jeu portable. Cet ouvrage, résolument pratique, s'adresse à l'ensemble des psychologues confrontés aux traumatismes psychiques, ainsi qu'aux psychiatres et autres professionnels de santé mentale qui reçoivent de plus en plus de patients enfants et adultes traumatisés.

Dans la rubrique : Article

Alors que le procès de Daniel Legrand fils, acquitté dans le procès d’Outreau, se tiendra à partir du 15 mai 2015, près de dix ans après le verdict en appel de cette affaire, la question d’un « après-Outreau », qui ne sera plus jamais comme « avant » pour les psychologues experts inscrits sur les listes, mérite quelques précautions*.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Depuis toujours, psychiatrie et droit, comme santé et justice sont à la recherche d'un difficile équilibre pour mieux soigner et protéger toute personne souffrant de troubles mentaux. Aussi, avec la naissance de la clinique dans le sillage du Traité médico-philosophique sur l'aliénation mentale de Pinel, les aliénistes ont accordé une place centrale à la clinique médicolégale pour reconnaître le malade au-delà du trouble du comportement, et lui apporter les soins indispensables. Cet ouvrage offre une place particulière à la protection de la personne malade et aux soins sans consentement prévus par la loi du 5 juillet 2011 et réformée en 2013. Dans une première partie de psychiatrie légale, après avoir traité de l'organisation des soins en psychiatrie et de la législation hospitalière, il aborde la responsabilité médicale, le droit des patients, la rédaction des certificats et les différentes formes d'expertise en psychiatrie au niveau pratique. En outre, depuis les années 1980, la pratique des équipes de psychiatrie s'intéresse particulièrement à la clinique du passage à l'acte et à la victimologie. Ainsi, la seconde partie, consacrée à la criminologie clinique, s'applique à définir les notions essentielles du droit pénal, puis les aspects cliniques : agression, dangerosité, violences, homicides, victimologie. Destiné aux psychiatres et aux psychologues, cet ouvrage ne se cantonne pas aux cliniciens ou aux experts et peut être utile à tous les professionnels confrontés à la maltraitance, aux violences conjugales et familiales ou encore aux agressions sexuelles.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec J. Segers, C. Monville, O. Blaise, N. Berthelot, V. Couteau, Q. Bullens, S. Aubinet, C. Nihoul…

Pages

S'abonner à RSS - Maltraitance

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter