Neuropsychologie

Dans la rubrique : Article

Le sommeil et l’activité onirique, et notamment les émotions ressenties au cours du rêve, favorisent-ils des réactions adaptées à d’éventuels dangers ou à des situations que nous pourrions rencontrer dans notre réalité éveillée ? De même, en contribuant conjointement à la consolidation de certains apprentissages et à la gestion de notre vie affective, le sommeil et les rêves contribuent-ils de manière importante et bénéfique à notre santé psychique et à notre bien-être ?

Dans la rubrique : Article

Le rêve est un mystère de la cognition humaine : pourquoi rêve-t-on ? Comment un cerveau endormi peut-il construire des récits aussi complexes et détaillés ? Rêve-t-on toutes les nuits ? Toutes ces questions, et bien d’autres encore, demeurent pour le moment obscures. Néanmoins, ces dernières décennies ont été le témoin d’avancées majeures sur le sujet, notamment en ce qui concerne les corrélats cérébraux du récit de rêve et ceux relatifs au contenu de rêve. Présentation de quelques-uns de ces résultats.

Dans la rubrique : Article

Rêves prémonitoires, mythologiques, rapportés par des écrivains ou des artistes, rêves récurrents, cauchemars… de quel rêve parle-t-on ? Pour répondre à cette question, la première étape est de s’attacher aux modalités de recueil des contenus de rêve, aux conditions dans lesquelles il se réalise et aux conséquences sur la nature des rêves concernés. La deuxième étape sera d’analyser plus finement ces contenus, leurs récurrences, leur singularité, tant leurs thématiques que les émotions véhiculées.

Test alt

Dans la rubrique : Dossier

Le rêve occupe un espace important de notre vie psychique, intellectuelle, sociale et artistique. Il semble qu’il en ait toujours été ainsi. Dans les récits mythologiques, le rêve met l’homme en relation avec l’au-delà, idée reprise au Moyen Âge : l’âme « en vacance » de la matière s’élève vers les principes supérieurs.

Dans la rubrique : Article

À la suite d’une étude réalisée à Grenoble en 2000 sur l’état cognitif, l’état dépressif et la qualité de vie des patients dialysés de plus de 70 ans, un groupe de recherche a renouvelé ces travaux en 2010 sur une cohorte répondant aux mêmes critères. Les résultats de cette étude comparative confirment les spécificités de cette population et l’importance, pour un effet bénéfique des traitements et le vécu de la maladie, d’une prise en compte globale de la personne.

Dans la rubrique : Article

Parmi les quelques programmes de remédiation cognitive existants, certains ont recours à une passation assistée par ordinateur. Cogmed en fait partie et cible plus particulièrement la mémoire de travail. Il comporte trois outils adaptés en fonction de l’âge, et nécessite un investissement personnel important de la part des personnes qui en bénéficient. Présentation, méthodologie et protocole de prise en charge.

Dans la rubrique : Article

Pensé à l’origine pour les patients cérébro-lésés, l’usage de la remédiation cognitive assistée par ordinateur (RCAO) s’est peu à peu étendu à la psychiatrie, notamment auprès de personnes schizophrènes, en complément du traitement neuroleptique et de la psychothérapie*. Depuis quelques années, son utilisation thérapeutique s’est étendue à d’autres pathologies psychiatriques, telles que la dépression. Aussi quelles sont les modalités d’intervention préconisées auprès des personnes déprimées et quels en sont les effets tant aux niveaux cognitif que psychoaffectif ?

Test alt

Dans la rubrique : Dossier

Peut-on apprendre à être intelligent ? L’éducabilité cognitive est-elle possible ? Existe-t-il des méthodes qui permettent d’apprendre à penser sans s’appuyer sur les contenus spécifiques des disciplines scolaires ou des apprentissages professionnels ? Les acquis sont-ils transférables ? En bref, peut-on apprendre à apprendre ?

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Cet ouvrage dresse une analyse particulièrement rigoureuse et détaillée du handicap visuel au travers des prismes cognitif et clinique. Il constitue un support scientifique et accessible pour mieux appréhender ce handicap et y faire face.

Dans la rubrique : Article

Si la remédiation cognitive est majoritairement proposée à des patients atteints de troubles liés à la schizophrénie, comme en témoigne notre précédent dossier 1, depuis quelques années des études ont démontré qu’elle pouvait avoir un impact sur d’autres pathologies psychiques. En prenant pour exemple l’anorexie mentale, la remédiation cognitive permet de favoriser la motivation au changement et l’adhésion à d’autres modalités de soin.

Pages

S'abonner à RSS - Neuropsychologie

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter