Psychologue

Dans la rubrique : Article

La psychologie a fait l’objet de multiples développements dans des champs diversifiés et a donné naissance à un ensemble de sous-disciplines. Mais elle est aussi l’objet de représentations, de mythes et le théâtre d’affrontements issus d’orientations différentes et parfois opposées. Historiennes en psychologie, Annick Ohayon et Régine Plas recensent les « idées reçues » dans cette discipline et les envisagent, sous un angle critique, à la lumière de l’histoire du XXe siècle. Leur contribution va même au-delà en ce qu’elle aide à la compréhension de phénomènes récents, surgis au sein de la communauté scientifique des psychologues et aussi des psychanalystes : principalement les querelles d’école, les discussions autour de certains concepts clés ou encore les luttes d’influence.

Dans la rubrique : Article

Dans les semaines à venir, les équipes de psychologues de Pôle emploi vont être éclatées par transfert individuel dans chaque agence. Si la présence d’un psychologue dans toutes les agences Pôle emploi de France et de Navarre semble a priori une bonne nouvelle dans ce qu’elle exprimerait la reconnaissance de la dimension psychique chez chaque demandeur d’emploi, il n’en demeure pas moins que ce projet ne vaut que si quelques conditions spécifiques sont bien respectées. Patrick Cohen revient ici sur les prérequis indispensables pour sa mise en œuvre.

Test alt

Dans la rubrique : Dossier

Depuis ces vingt-cinq dernières années, le monde de la psychologie et l’exercice des psychologues se sont profondément transformés : diffusion de la psychologie pour le meilleur comme pour le pire, familiarisation avec la discipline, mais aussi avec la profession de psychologue bien mieux comprise et acceptée, spécialisations multiples, dispositifs de soins ou d’aide plus proches des besoins, et aussi désir des psychologues d’être en phase avec leur époque.

Dans la rubrique : Article

Les psychologues et la dimension psychologique sont désormais bien inscrits dans la loi de modernisation de notre système de santé, votée en décembre 2015. Il n’en demeure pas moins que l’avenir de la profession, et notamment sa place à l’hôpital, ou encore les questions relatives à la formation sont des points cruciaux où subsistent d’importantes divergences entre l’administration, le ministère et les organisations professionnelles. Le 1er mars dernier, le député Denys Robiliard ouvrait les portes de l’Assemblée nationale pour débattre publiquement, avec les organisations impliquées dans le débat sur la loi de santé, sur ces enjeux, essentiels pour l’activité du psychologue.

Dans la rubrique : Article

Même si les réflexions autour du Code de déontologie ont pris une certaine densité ces dernières années, l’ensemble des psychologues ne se reconnaît pas nécessairement dans celui‑ci. Le Code détermine un certain nombre de règles qui s’apparentent parfois au bon sens. Et les questions soulevées par la pratique du psychologue sont tout aussi essentielles telles que la responsabilité, le discernement, l’adaptabilité aux évolutions de la société. Claire Silvestre‑Toussaint nous livre ici ses réflexions fondées sur son expérience à la présidence de la CNCDP et de chargée de cours à l’université d’Aix‑Marseille.

Dans la rubrique : Article

1985 a vu promulguer la loi sur le titre de psychologue. Si les débats d’alors sur la réglementation de la profession ont été mis de côté au profit de l’aboutissement d’une loi sur le titre unique, ils rejaillissent aujourd’hui plus que jamais pour permettre au Code de déontologie des psychologues, socle identitaire de la profession, de trouver le cadre juridique qui lui corresponde. Depuis plus de trente ans, Patrick Cohen observe et accompagne toutes les étapes de structuration de la profession, et c’est de sa place de psychologue, mais aussi d’enseignant en déontologie et d’ancien président de la CNCDP qu’il nous éclaire sur la question.

Dans la rubrique : Article

Si la place des psychologues dans le champ de la santé a bien été reconnue avec leur inscription dans la loi de modernisation de notre système de santé, promulguée en décembre dernier, il n’en demeure pas moins que la profession doit continuer de se structurer pour faire entendre sa voix. Opérer un renversement culturel et envisager un développement organisationnel et hiérarchisé au sein de la FPH, au‑delà des regroupements en collège déjà existants, voilà la thèse soutenue ici pour que les psychologues puissent véritablement peser dans le débat des sciences humaines et exercer leur « fonction critique ».

Dans la rubrique : Article

La complexité des procédures d’adoption internationale allonge des délais déjà éprouvants et plonge les parents, souvent malmenés par des parcours d’infertilité douloureux, dans un projet au long terme, où l’« attente » devient le maître mot. Quelles conséquences sur leur « devenir parent » ? Les accompagner durant cette quête, percevoir les changements psychiques ou sociaux à l’œuvre, peut alors les aider à « maintenir vivant » leur projet d’adoption.

Dans la rubrique : Article

Une belle victoire en ce mois de mai pour la profession ; une victoire de l’unité et du rassemblement révélée par deux excellentes nouvelles coup sur coup qui prouvent que l’engagement commun peut parfois porter ses fruits.

Dans la rubrique : Article

Qui demande et qui entendre lorsque l’on reçoit des patients cérébro-lésés en pratique libérale ? Contrairement au cadre thérapeutique habituel, il faut se rendre sensible au processus. Comment pallier les défaillances cognitives sans pour autant perdre de vue le nécessaire travail de remaillage et de réappropriation de soi que le patient aura à accomplir ? Comment lui permettre de retrouver cohérence et unité quand une partie de son être est bouleversée ?

Pages

S'abonner à RSS - Psychologue

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter