La pluridisciplinarité : le psychologue et les autres

Résumé

Interroger la notion de pluridisciplinarité au regard de la profession de psychologue nécessite en premier lieu de se pencher sur la spécificité de cette profession, de sa formation, de son exercice dans le respect de l’éthique et de la déontologie qui le sous-tendent. La profession de psychologue est singulière du fait même de son objet, le psychisme. Le psychologue en effet, quel que soit son domaine d’intervention, se trouvera en lien à la fois avec les usagers, mais aussi avec d’autres professionnels ; leur interrelation appartiendra, au même titre que leurs interventions directes, à son champ de pratique.

Introduction du dossier

Interroger la notion de pluridisciplinarité au regard de la profession de psychologue nécessite en premier lieu de se pencher sur la spécificité de cette profession, de sa formation, de son exercice dans le respect de l’éthique et de la déontologie qui le sous-tendent. La profession de psychologue est singulière du fait même de son objet, le psychisme. Le psychologue en effet, quel que soit son domaine d’intervention, se trouvera en lien à la fois avec les usagers, mais aussi avec d’autres professionnels ; leur interrelation appartiendra, au même titre que leurs interventions directes, à son champ de pratique.
Être psychologue au sein d’une équipe ne peut se résumer en termes d’actes. Bien plus qu’une fonction, il s’agit plutôt d’un positionnement particulier du professionnel et de sa réflexion de fond sur sa pratique, son éthique et le sens qu’il donne à sa présence au sein d’une équipe regroupant d’autres professionnels autour d’un projet commun. Son intervention plurielle devra être garante du respect de la personne accueillie et de la loi commune posée par le projet d’établissement.
En pratique, le rôle et la fonction d’un psychologue au sein d’une équipe pluridisciplinaire dépendront de nombreux critères, certains internes et propres au psychologue lui-même, d’autres déterminés par le cadre de son intervention.
Ainsi, la formation initiale et les orientations du psychologue, son projet professionnel, influenceront son positionnement. Mais, bien au-delà. Si la nature et les spécificités de la position du psychologue en relation avec d’autres professionnels peuvent s’envisager de manière claire, la mise en œuvre est complexe et dépendra de critères propres à l’établissement qui pose le cadre de sa pratique : le cadre institutionnel posé ou flou, la cohérence entre les prises de position de la hiérarchie et le projet d’établissement, la demande adressée au psychologue lors de son embauche, clairement définie, artificiellement détaillée ou complètement vague, la nature même de l’équipe, seront autant de déterminants qui favoriseront un travail clinique de bonne qualité ou réduiront la place du psychologue à un lieu d’internalisation des conflits.
Dans le travail en équipe, marqué par la pluridisciplinarité, chaque usager se trouve en lien avec les différents professionnels, entendus de manière multiple, mais pris aussi dans leurs différents discours. Le psychologue est présent aussi à cette place qui sera de faire advenir le sujet de cette pluralité.

Les articles du dossier

Pluridisciplinarité : intérêt et conditions d’un travail de partenariat

La pluridisciplinarité signifiant que plusieurs disciplines ou domaines de recherche sont à l’œuvre sous-entend donc un partenariat. Celui-ci ne peut s’envisager qu’avec une visée d’efficacité, de dialogue, pour être en mesure de justifier son fondement et sa nécessité. Ainsi, un long travail de préparation est à mettre en place, qui inclut tous les membres d’une même équipe. (Lire la suite)

Rôle et fonction du psychologue dans une équipe pluridisciplinaire en AEMO

En AEMO, le psychologue n’intervient que sur ordonnance judiciaire, à la demande expresse du juge pour enfants, ce qui influe sur la manière dont les familles concernées accueilleront cette proposition de soutien. Comment le psychologue, dans un tel contexte, se dégage-t-il de cette obligation judiciaire pour préserver l’authenticité de ses fonctions tout en soutenant le lien et en favorisant l’action avec les autres intervenants de l’équipe ? (Lire la suite)

Un patient ordinaire ?

Proposer une gamme de soins à proximité du patient, mettre en jeu plusieurs champs de compétence, médical, psychologique et social, relèvent de l’action d’une microstructure. Le travail exploré ici concerne les conduites addictives des patients, mais dans le cadre d’un cabinet de généraliste. Dans quelle mesure un patient marqué par sa problématique d’addiction peut-il se considérer comme un patient ordinaire et comment la pluridisciplinarité joue-t-elle un rôle dans cette acceptation ? (Lire la suite)

Déontologie et pluridisciplinarité en psychologie scolaire

Le milieu de la psychologie scolaire illustre abondamment l’obligation d’une pluridisciplinarité réfléchie. Les tiers institués y sont nombreux et les sciences humaines omnipotentes. Mais l’intérêt ici réside dans la démonstration que nous soumet l’auteur que l’éthique et la déontologie s’énoncent comme partenaires essentiels à une pluridisciplinarité opérante. (Lire la suite)

Vous avez dit pluridisciplinarité ?

La spécificité de notre profession est souvent mise en avant ainsi que notre différence et notre autonomie de fonctionnement. Comment, dans le cadre d’un travail à plusieurs où des disciplines et des savoirs diversifiés se confrontent et interagissent, la singularité du psychologue peut-elle s’exercer ? Qu’apporte-t-il à la fois de complémentaire et de différent au sein d’une équipe ? Petit jeu de question-réponse autour de la question de la pluridisciplinarité. (Lire la suite)

Bibliographie du dossier

ARIP, Association pour la recherche et l’intervention psychosiologiques, 2006, Connexions, « Clinique entre théorie et pratique », n° 85, Paris, Érès. Durandeau J., 1982, Poétique analytique, lieu de publication, Paris, Le Seuil. Lyotard J.-F., 1979, La Condition postmoderne, Paris, Minuit.
Bouregba A., 2002, Les Troubles de la parentalité, Paris, Dunod. Escohotado A., 1995, Histoires élémentaires des drogues. Des origines à nos jours, Paris, Lézard. Mercader P., Henri A.-N., 2004, La Formation en psychologie. Filiation bâtarde, transmission troublée, Lyon, Presses universitaires de Lyon.
Caevel de H., Bass D., (sous la direction de), 2005, Au fil de la parole, des groupes pour dire dans le secteur psychosocial, Paris, Érès. Fontaine A., 2006, Double vie. Les drogues et le travail, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond. Navelet C., Guérin-Carnelle B., 1997, Psychologues au risque des institutions. Les enjeux d’un métier, Paris, Éditions Frison-Roche, Collection « Psychologie vivante ».
Castro D., Santiago-Delefosse M., (sous la direction de), 2001, Pratiques déontologiques en psychologie, Revigny-sur-Ornain, Martin Media, Collection « Hommes et Perspectives ». Hannon P., 2004, Réseau des Microstructures médicales d’Alsace. Rapport qualitatif 2004, Strasbourg, Association RMS. Oury J., 2005, Le Collectif : le séminaire de Sainte-Anne, Paris, Champ social éditions.
Chabrier L., Cariou M., (avec la collaboration de), 2006, Psychologie clinique, Paris, Hachette Livre. GIR-PSYSP, Groupe intervention-recherche et psychologues en santé publique, 2005, Psychologues en santé publique, Paris, Éditions ENSP. Raoult P.-A., 2004, De la disparition des psychologues cliniciens. Luttes et conflits, Paris, L’Harmattan.
Chartier J.-P. et Chartier L., 1986, Délinquants et psychanalystes. Les chevaliers de Thanatos, Paris, Hommes et Groupes. Hassoun J., 1995, La Cruauté mélancolique, Paris, Aubier. Roustang F., 2000, La Fin de la plainte, Paris, Poches, Odile Jacob.
Chartier J.-P., 2002, « Place du psychologue dans une équipe de travailleurs sociaux en lien avec les magistrats », Pratiques psychologiques, 3 : 47-50. Laval G., Villard M.-L., Comandini F., 2003, « Qu’attend-on d’un psychologue en équipe mobile de soins palliatifs ? Son rôle et ses missions », La Presse médicale, vol. 32, 5. Rouzel J., 2002, Le Transfert dans la relation éducative, Paris, Dunod.
Douville O., (sous la direction de), 2006, Les Méthodes cliniques en psychologie, Paris, Dunod. Lebrun J.-P., 1997, Un monde sans limite, essai pour une clinique psychanalytique du social, Paris, Érès. Sultan S., 2004, Le Diagnostic psychologique. Théorie, éthique, pratique, Paris, Frison-Roche.



 

 

Partage sur les réseaux sociaux

Déontologie des psychologues : l’union fera la force La démarche du Cerédépsy

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter