Déontologie

Dans la rubrique : Article

La Commission nationale de déontologie des psychologues (Cncdp) a été créée en 1997 pour fournir des avis éclairés par le Code sur des problèmes de déontologie rencontrés tant par les professionnels que par les usagers. Si ses avis n’ont pas de caractère juridique en tant que tel, elle est néanmoins aujourd’hui la seule instance à laquelle on peut se référer sur ces questions. Elle expose ici son fonctionnement.

Dans la rubrique : Article

Même si les réflexions autour du Code de déontologie ont pris une certaine densité ces dernières années, l’ensemble des psychologues ne se reconnaît pas nécessairement dans celui‑ci. Le Code détermine un certain nombre de règles qui s’apparentent parfois au bon sens. Et les questions soulevées par la pratique du psychologue sont tout aussi essentielles telles que la responsabilité, le discernement, l’adaptabilité aux évolutions de la société. Claire Silvestre‑Toussaint nous livre ici ses réflexions fondées sur son expérience à la présidence de la CNCDP et de chargée de cours à l’université d’Aix‑Marseille.

Dans la rubrique : Article

1985 a vu promulguer la loi sur le titre de psychologue. Si les débats d’alors sur la réglementation de la profession ont été mis de côté au profit de l’aboutissement d’une loi sur le titre unique, ils rejaillissent aujourd’hui plus que jamais pour permettre au Code de déontologie des psychologues, socle identitaire de la profession, de trouver le cadre juridique qui lui corresponde. Depuis plus de trente ans, Patrick Cohen observe et accompagne toutes les étapes de structuration de la profession, et c’est de sa place de psychologue, mais aussi d’enseignant en déontologie et d’ancien président de la CNCDP qu’il nous éclaire sur la question.

Test alt

Dans la rubrique : Dossier

La profession de psychologue, dont l’un des objectifs est de mettre du sens sur les conduites, comportements et ressentis, se prévaut d’un exercice respectueux de sa déontologie. Mais quand les psychologues parlent de déontologie, de quoi et de laquelle parlent-ils ? Pourquoi cet attachement à ce qui est censé servir d’étayage pour l’élaboration de nos postures professionnelles ?

Dans la rubrique : Article

Dans une société où l’utilisation et la place de l’écrit évoluent considérablement depuis quelques années, l’écrit professionnel, pour le psychologue, reste néanmoins un outil incontournable dont il faut connaître les enjeux et les limites pour ne pas faillir aux règles déontologiques de notre profession, notamment en matière de confidentialité. Patrick Cohen, ancien président de la CNCDP, revient sur les points qui en font un exercice périlleux et propose quelques préconisations concrètes.

Dans la rubrique : Article

Lors du dernier Forum des psychologues, organisé par Le Journal des psychologues en 2006, en Avignon, la Fédération française des psychologues et de psychologie (FFPP) a lancé un appel à la collaboration aux autres organisations.

Dans la rubrique : Article

L’actualisation du code de déontologie du 22 mars 1996 a été signée, en 2012, par trente organisations de psychologues après un long travail de concertation.

Dans la rubrique : Article

Code de déontologie des psychologues – Actualisation de février 2012

Dans la rubrique : Article

Le samedi 28 novembre 2015 s’est tenue, dans les locaux de l’École de psychologues praticiens, la journée consacrée aux trente ans du titre que nous avons organisée avec le concours d’un certain nombre de psychologues d’horizons divers, sans parti pris, mais déterminés à échanger sur l’état de la profession aujourd’hui. Vaste programme, certes, mais que nous avons voulu simple et direct dans son organisation et son déroulement. En effet, comme nous l’avions annoncé, nous avons privilégié les interventions de psychologues qui se sont battus et se battent encore pour la profession, mais en dépassant le protocole classique qui consiste à aligner des positions syndicales au détriment des hommes. Cela, à notre avis, a permis à chacun de pouvoir s’exprimer – y compris les représentants des organisations présents dans la salle –, à un niveau égalitaire, en privilégiant le contenu sur la représentation.

Dans la rubrique : Article

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’université commence à considérer la psychologie comme une discipline à part entière du côté des sciences humaines, et non plus comme branche de la médecine et de la philosophie. La licence de psychologie est mise en place en 1947 et le métier de psychologue apparaît petit à petit avec la création, en 1950, d’un Syndicat professionnel.

Pages

S'abonner à RSS - Déontologie

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter