Examen psychologique

Dans la rubrique : Article

Si le compte-rendu constitue une étape cruciale et déterminante de l’évaluation psychologique, lorsque la personne adressée est un enfant, un processus de réflexion commune et de coconstruction avec l’enfant et ses parents doit être instauré dès l’amorce de l’évaluation pour permettre une meilleure appropriation des observations et des résultats qui leur seront livrés. Des vignettes cliniques viennent ici illustrer l’intérêt d’une telle démarche, notamment avec des enfants souffrant de difficultés développementales.

Dans la rubrique : Article

Accueillir un enfant pour un examen psychologique, c’est aussi être attentif à tous les paramètres qui entourent sa venue. Par qui est-il accompagné ? L’adulte souhaite-t-il la présence de l’enfant lors du recueil d’informations ? L’enfant exprime-t-il la volonté d’y assister ou comment s’occupe-t-il pour patienter en salle d’attente ? C’est dans cet entre-deux que s’observent souvent des détails qui auront du sens pour le suivi… Claire Meljac nous livre ici une observation sur l’utilisation du téléphone portable des mamans par leurs enfants.

Dans la rubrique : Article

Suivre pas à pas la passation des épreuves du WISC-V de Kévin et Sonia, deux enfants pour qui une demande de bilan psychologique a été faite, permet de mieux cerner la nouvelle version de l’Échelle d’intelligence pour enfants de Wechsler. Véritable support à la démarche clinique et prospective du psychologue, il témoigne ici de ses apports pour une compréhension plus fine du fonctionnement global de l’enfant, tant au niveau cognitif qu’affectif.

Dans la rubrique : Article

Que viendraient signifier des chiffres sans l’observation fine et méthodique du clinicien ? Ici encore, à travers ce focus sur les troubles de l’attention associés à des troubles de l’apprentissage, la rencontre médiatisée avec Hélène autour du WISC-V permet de mieux cerner et interpréter les réelles difficultés vécues par l’enfant.

Dans la rubrique : Article

Le WISC-V est un outil dont l’interprétation demeure riche et complexe. Jacques Grégoire revient ici sur les modèles théoriques qui l’ont fondé et sur les évolutions qui ont mené à cette nouvelle version. De manière claire et précise, il expose ce que mesurent les cinq indices qui le composent et nous donne quelques clés pour les interpréter.

Dans la rubrique : Article

L’examen psychologique est une situation d’interaction qui doit être abordée avec souplesse. L’auteur propose ici plusieurs dispositifs d’aménagement du cadre associés à la passation du WISC-V qui, dans certaines situations, permettent au clinicien un approfondissement de sa rencontre singulière avec le sujet. Éclairage et retour d’utilisation en situation clinique.

Dans la rubrique : Article

Les possibles souffrances narcissiques d’une mère et d’un père lorsqu’ils se séparent se répercutent sur leur vie, sur leur relation, et surtout, sur leur relation à l’enfant. Ce dernier, instrumentalisé, enjeu des conflits pour sa garde, pourrait alors souffrir d’une forme d’assujettissement à l’un des parents pour rejeter l’autre et se couper de toute relation avec lui. Richard A. Gardner a proposé d’isoler un syndrome à partir des signaux cliniques observés dans ces situations de séparation conflictuelle. Voici les critères d’évaluation diagnostique qu’il propose.

Dans la rubrique : Article

Les deux auteurs ont choisi de présenter quatre cas d’enfants et d’adolescents rencontrés lors d’un examen psychologique comprenant la passation du Wisc-iv. En se centrant sur la dimension clinique de la passation, elles proposent une comparaison de leurs résultats avec ceux qu’elles avaient l’habitude d’observer à partir de situations similaires avec le WISC-III.

Dans la rubrique : Article

La disparition dans le WISC-IV de deux subtests de l’échelle Performance amène l’auteur à s’interroger sur la place laissée à l’observation clinique dans cette nouvelle version. Il n’écarte pas le risque pour la profession d’être réduite à un rôle psychotechnique.

Dans la rubrique : Article

Forte de sa pratique de psychologue auprès d’enfants dyspraxiques et-ou à haut potentiel, Catherine Weismann-Arcache nous éclaire sur les disparités entre le WISC-III et le WISC-IV, ainsi que sur les conséquences que ces modifications induisent sur ce type de population. Elle nous invite à approfondir et compléter cette nouvelle version au moyen d’autres outils, afin de redonner une consistance clinique à ce test qui semble avoir glissé vers des tendances purement diagnostiques.

Pages

S'abonner à RSS - Examen psychologique

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter