Existe-t-il une spécificité de la clinique en milieu carcéral ? Le suivi d’auteurs d’infractions à caractère sexuel

Le Journal des psychologues n°334

Dossier : journal des psychologues n°334

Extrait du dossier : La prison, le psychologue et le sujet
Date de parution : Février 2016
Rubrique dans le JDP : Dossier
Nombre de mots : 4600

Auteur(s) : Chaufer Adeline

Présentation

Face à des personnes incarcérées présumées coupables ou condamnées pour des infractions à caractère sexuel qui peuvent nier les faits qui leur sont reprochés et adressent rarement de demandes de soins, les cliniciens ont à repenser leur pratique et les modalités de prise en charge classiques. Ces dispositifs de suivi singuliers en smpr sont une piste possible. Et la présentation du cas clinique de M. L., incarcéré pour des faits d’agression sexuelle sur sa fille, vient témoigner de ce travail de prise en charge spécifique au long cours, groupal et individuel, qui permet une mise en mouvement de la vie psychique et un cheminement autour des faits.


L'accès à cet article est protégé
Déjà abonné ? Identifiez-vous

Existe-t-il une spécificité de la clinique en milieu carcéral ? Le suivi d’auteurs d’infractions à caractère sexuel

Pour citer cet article

Chaufer Adeline  ‘‘Existe-t-il une spécificité de la clinique en milieu carcéral ? Le suivi d’auteurs d’infractions à caractère sexuel‘‘
URL de cet article : https://www.jdpsychologues.fr/article/existe-t-il-une-specificite-de-la-clinique-en-milieu-carceral-le-suivi-d-auteurs-d

Partage sur les réseaux sociaux

Des femmes surveillantes dans les prisons pour hommes

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter