Relations et cadre dans l’exercice clinique

Le Journal des psychologues n°362

Dossier : journal des psychologues n°362

Extrait du dossier : Violences extrêmes : le sujet de la radicalisation
Date de parution : Novembre 2018
Rubrique dans le JDP : Regards sur
Nombre de mots : 5500

Auteur(s) : Sellier-Mesnard Emile

Présentation

La question du cadre se fond dans celle de la relation entre le soignant et le soigné, dans l’exercice clinique. Le cadre peut être protecteur, mais aussi défensif et empêcher le lien. Sa flexibilité dépendra de la solidité de la relation et des possibilités qu’il offrira pour entrer en contact avec l’autre. Dans cet article, l’auteur s’interroge sur deux visions opposées du cadre dans la profession. La première, comme instrument de contrôle du patient. Contraignant et rigide, le cadre est nécessaire à la poursuite du traitement. La seconde, qui est mise en avant par l’auteur, envisage le cadre comme un moyen thérapeutique et non une contrainte. Un cadre flexible, qui appelle à une éthique et qui doit permettre une relation et une réciprocité entre soignant et soigné : le rapport libre d’homme à homme.


L'accès à cet article est protégé
Déjà abonné ? Identifiez-vous

Pour citer cet article

Sellier-Mesnard Emile  ‘‘Relations et cadre dans l’exercice clinique‘‘
URL de cet article : https://www.jdpsychologues.fr/article/relations-et-cadre-dans-l-exercice-clinique

Partage sur les réseaux sociaux

Violences extrêmes : le sujet de la radicalisation Violences extrêmes : le sujet de la radicalisation
Écrire aux juges et à quelques autres, enjeux, risques et styles

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter