La scolarisation précoce : quel bénéfice pour l’enfant ?

Résumé

En 1984, Bianka Zazzo écrivait : « Faut-il freiner le mouvement, faut-il l’encourager, et quelle que soit la réponse, pour quelles raisons et de quelle façon ? 1 » En septembre 2005, lors de son intervention au congrès de l’AFPS 2

Introduction du dossier

Bernard et Bianka

 

En 1984, Bianka Zazzo écrivait : « Faut-il freiner le mouvement, faut-il l’encourager, et quelle que soit la réponse, pour quelles raisons et de quelle façon ? (1) » En septembre 2005, lors de son intervention au congrès de l’AFPS (2) à Lille, Bernard Golse est revenu sur ce thème en questionnant le bien-fondé de la scolarisation précoce des tout-petits : « fausse bonne idée » ou « vraie mauvaise idée » ?
Aujourd’hui, c’est certain, la scolarisation des enfants de moins de trois ans interroge toujours... en tout cas les psychologues qui travaillent au sein de l’institution scolaire, tout comme ceux qui exercent auprès des bébés en crèche ou en consultation.
Pourtant, en 1981 déjà, Évelyne Sullerot, dans son rapport au conseil économique et social, avait alerté les pouvoirs publics sur le cas particulier des enfants de deux à trois ans. Cette année charnière qui voit principalement l’acquisition du « je », de la « maturité sociale » selon les termes de Gesell, des habiletés de communication, réclame des conditions d’accueil spécifiques que l’institution scolaire ne remplit que trop rarement. Pourtant, et ce dossier veut en témoigner, les acteurs de la petite enfance ne manquent pas d’idées visant à réaliser cet accueil dans de « suffisamment bonnes » conditions.
La réflexion des équipes, le souci de donner la priorité à l’enfant en devenir, de tenir compte au maximum de ses caractéristiques singulières, ont permis, plus que des moyens supplémentaires, des accueils « revus et corrigés » dont les enfants bénéficient.
L’école maternelle a une fonction sociale et une spécificité éducative que Pauline Kergomard définissait par « apprendre à apprendre ». Comment un enfant accueilli dans de mauvaises conditions, dans une classe surchargée, soumis à un emploi du temps qui ne correspond pas à son rythme biologique, peut-il trouver une place confortable à l’école ?
En 2006 ne sommes-nous pas contraints de constater que l’école maternelle ne s’est pas adaptée au cas particulier de l’enfant de deux ans ? Les enseignants de petite section déplorent toujours leur manque de moyens et le fossé entre la crèche et l’école. Alors qu’elle est censée réduire les inégalités, l’école maternelle, sans les moyens, ne favorise-t-elle pas à long terme ceux qui ont déjà plus ?
Une génération après la recherche conduite par Bianka Zazzo, cet ouvrage demeure malheureusement d’une actualité consternante.
Merci à celles et ceux qui, en contribuant à ce dossier, lui ont rendu hommage en rendant le « possible » plus près du « désirable ».

 

Notes
1. Zazzo B., 1984, L’École maternelle à deux ans oui ou non ?, Paris, Stock.
2. Association française des psychologues scolaires.

Les articles du dossier

La scolarisation précoce (1)

L’âge de la scolarisation du jeune enfant questionne et soulève les passions. Bernard Golse énonce ici clairement les points sur lesquels il estime que la réflexion doit s’engager afin de ne pas négliger les besoins fondamentaux nécessaires à une scolarisation : ceux des enfants comme ceux liés à la structure scolaire. (Lire la suite)

Les enseignants, précepteurs ou substituts parentaux ? Quelle est la fonction parentale de l’école ?

En changeant d’appellation en 1932, l’Instruction publique devenue depuis Éducation nationale a élargi sa mission. La représentation de la fonction éducative s’en est trouvée modifiée, les parents passant le relais à l’école. Quels en sont les effets ? (Lire la suite)

Pour un accueil réussi des tout-petits à l’école maternelle (1)

Tous les enfants de deux ans sont-ils faits pour l’école ? Et toutes les écoles maternelles sont-elles faites pour accueillir des enfants de deux ans ? Et quand bien même ces prémices sont respectées, quelles sont les conséquences d’une scolarisation précoce sur leur développement psychoaffectif ? (Lire la suite)

Un jardin d’enfants fait le pari de l’intégration

Lorsque le jeune enfant est considéré dans sa globalité, ainsi que dans sa singularité et non pas comme élève devant s’adapter à l’institution, la représentation et la mise en œuvre de son accueil se transforment. En voici un exemple. (Lire la suite)

Une expérience d’accueil des enfants de deux ans à l’école maternelle

Le travail en réseau des partenaires concernés par la scolarisation des enfants de moins de trois ans est rare mais possible. Pascale Leroy relate son expérience de psychologue de PMI, engagée dans le fonctionnement d’un dispositif passerelle qui offre à l’enfant et à son environnement une adaptation progressive à cette nouvelle situation. (Lire la suite)

La découverte du monde mental chez le jeune enfant et l’école

Le modèle du fonctionnement mental adulte est trop souvent appliqué aux enfants. Le jeune enfant construit et révise en jouant et en communiquant de nouvelles « théories de l’esprit ». L’auteur nous propose de remiser nos illusions pour observer « comment pensent les enfants ». (Lire la suite)

Bibliographie du dossier

Anzieu D., 1985, « Le double feed-back », Le Moi-peau, Paris, Dunod. Dunn J., Brown J., Slomkowski C., Tesla C., Youngblade L., 1991, « Young Children’s Understanding others People’s Feeling and Beliefs : Individual Difference and their Antecedents », Child Development, 62 : 1352-1366. Jarousse J.-P., Mingat A., Richard M., 1992, « La scolarisation à deux ans : effets pédagogiques et sociaux », Éducation et formation, 31 : 3-9 (men-Direction de l’évaluation et de la prospective).
Astington J. W., 1999, Comment les enfants découvrent l’esprit, la « théorie de l’esprit » chez l’enfant, Retz. Ferenczi S., 1908, « Psychanalyse et pédagogie », Psychanalyse I, Paris, Payot, 1994, pp. 51-56. Jeantheau J.-P., Murat F., 1998, « Observation à l’entrée au cp des élèves du “panel 1997” », Note d’information du ministère de l’Éducation nationale, 98-40.
Astington J. W., Jenkins M. J., 1995, « Theory of Mind Development and Social Understanding », Cognition et Emotion, 9 (2-3) : 151-165. Florin A., 2002, La Scolarisation à deux ans et autres modes d’accueil, Paris, collection « Chercheurs et enseignants », INRP. Jenkins M. J., Astington J. W., 1996, « Cognitive Factors and Family Structure Associated with Theory of Mind in Young Children », Developmental Psychology, 32 (1) : 70-78.
Florin A., 2003, Introduction à la psychologie du développement : enfance et adolescence, Paris, Dunod. Macé S., Florin A., 2005, « Amitié et attachement à la crèche et à l’école maternelle », in Scolariser la petite enfance ?, Actes du 2e Colloque international « Constructivisme et éducation », Genève, Service de la recherche en éducation.
Bouchand J., 2000, « Les verbes mentaux chez les jeunes enfants : bilan et perspectives », Archives de psychologie, 68 : 99-1222. Florin A., 2004, « La garde des enfants de deux ans : qu’en dit la recherche ? Synthèse pour le Piref », Direction de la recherche (disponible sur le site du Piref : http://www.recherche.gouv.fr/recherche/fns/libreexamen.htm). Martino B., 2000, Loczy, une maison pour grandir, film (France).
David M., 1987, « La mise en place de la sexualité de l’enfant », conférence au ministère de la Solidarité. Misès R., 1975, L’Enfant déficient mental, Paris, « Le Fil rouge », Puf.
Delpy C.-J. (sous la direction de), 2001, L’Enfant de deux ans est-il un élève ?, « Mille et un bébés », Érès. Golse B., 1990, Insister-Exister. De l’être à la personne, Paris, « Fil rouge », PUF. Misès R., 1990, Les Pathologies limites de l’enfance, Paris, « Le Fil rouge », Puf.
Desco, 2003, Pour une scolarisation réussie des tout-petits, collection « École », MJER et SCEREN-CNDP, documents d’accompagnement des programmes. Golse B., 1999, Du corps à la pensée, Paris, « Fil rouge », PUF. Moisan C., Simon J., 1997, Les Déterminants de la réussite scolaire en zone d’éducation prioritaire, Paris, Menrt, Inspection générale de l’Éducation nationale et Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale.
Golse B., 2006, L’Être-bébé. Les questions du bébé à la phénoménologie, à la théorie de l’attachement et à la psychanalyse, Paris, « Fil rouge », PUF. Piaget J., 1978, La Formation du symbole chez l’enfant, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.
Thommen E., Rimbert G., 2005, L’Enfant et les connaissances sur autrui, Paris, Belin Sup.
Dep, 2003, « Faut-il développer la scolarisation à deux ans ? », in « 18 questions sur le système éducatif », Éducation et formations, 66 : 7-12. Gopnik A., Meltzoff A., Khul P., 2005, Comment pensent les bébés ?, Paris, Le Pommier. Wellman H. M., Liu D., 2004, « Scaling of Theory of Mind Tasks », Child Development, 75 (2) : 523-541.
Dolto F., 1986, « École maternelle : combien d’enfants à la fois ? », La Difficulté de vivre, Paris, Le Livre de poche, pp. 486-497. Hochmann J., 1988, Le Traitement de l’enfant psychotique, film (France). Zazzo B., 1984, L’École maternelle à deux ans oui ou non, Paris, Stock.






















 

Partage sur les réseaux sociaux

Fratries : une approche systémique Fratries : une approche systémique
Prise en charge de l’enfant adopté à travers le récit de son histoire

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter