Le WISC se met en IV

Résumé

La mode est aux évaluations précoces et aux prédictions. Ce dossier n’a pas la prétention de remettre en question la validité du test, mais souhaite, à travers des contributions d’auteurs qui ont une expérience certaine de cet outil, partager les interrogations qu’il soulève et donner un éclairage sur les changements, aussi bien structurels (abandon des QI pour des scores factoriels) que dans les subtests, mais aussi quant à la dimension clinique de la passation.

Introduction du dossier

La mode est aux évaluations précoces et aux prédictions. Ce dossier n’a pas la prétention de remettre en question la validité du test, mais souhaite, à travers des contributions d’auteurs qui ont une expérience certaine de cet outil, partager les interrogations qu’il soulève et donner un éclairage sur les changements, aussi bien structurels (abandon des QI pour des scores factoriels) que dans les subtests, mais aussi quant à la dimension clinique de la passation.
La résistance au changement est – et les psychologues n’y échappent pas – un mécanisme on ne peut plus répandu. Le passage du WISC-R au WISC-III avait eu lieu sans susciter de vives réactions. Loin s’en faut pour celui du WISC-III au WISC-IV qui est apparu comme une transformation, voire une trahison, des anciennes échelles imaginées par Daniel Wechsler lui-même.
C’est un véritable renversement (au sens révolutionnaire du terme) auquel on assiste dans la nouvelle version. Attribuée à l’influence grandissante de la neuropsychologie, la modification profonde réveille – si jamais ils s’étaient assoupis –, chez les praticiens de l’examen psychologique, des conflits entre les partisans de l’approche psychométrique et ceux de l’évaluation psychodynamique du fonctionnement psychique de l’enfant.
L’approche clinique apparaît, au demeurant et en raison de la modification des épreuves (arrangement d’images et assemblage d’objet qui sont supprimés, par exemple), sensiblement amputée. Cette nouvelle version du test de Wechsler, qui en conserve le patronyme, est bien éloignée, à cause de la suppression de certains subtests qui permettaient la manipulation du matériel, entre autres, et de la conception de l’intelligence générale qui sous-tendait la façon de la mesurer. Les abus d’utilisation des données chiffrées du qi sont, bien sûr, répréhensibles, mais on peut se demander, tout en constatant la pertinence d’une évolution qui, à bien y regarder, s’est faite progressivement depuis le premier Wisc, pourquoi « les héritiers » ont jugé bon de réduire la dimension praxique et temporo-spatiale de la passation.
À l’heure où le virtuel envahit bon nombre de champs de la vie quotidienne, le WISC-IV perd lui aussi de sa « consistance » et limite, par conséquent, la possibilité d’observer la démarche de l’enfant.
Il est fort probable que les praticiens, une fois fait le deuil de l’ancienne forme du test, trouveront à mettre en œuvre une nouvelle approche clinique et interprétative des résultats, et ce dossier vise à leur ouvrir de nouvelles perspectives.

Les articles du dossier

Un nouvel outil : une réminiscence de la crise de la psychologie ?

L’irruption du WISC-IV dans le paysage de la psychométrie française adaptée aux enfants et aux adolescents semble avoir semé le trouble chez un grand nombre de cliniciens. L’évolution de ce test, dans la mesure où il apporte des différences, permet de réfléchir sur l’exercice du psychologue et sa réponse aux demandes adressées. (Lire la suite)

Les indices du WISC-IV et leur interprétation

Les nouvelles échelles de Wechsler nous conduisent à abandonner un modèle de mesure de l’intelligence en deux échelles au profit d’un autre basé sur quatre indices. Jacques Grégoire, responsable de l’adaptation française de cette nouvelle version, présente par le détail des hypothèses d’interprétation et les perspectives offertes par cette nouvelle organisation. (Lire la suite)

Évolution psycho­métrique, théorique et clinique

L’objectif de cet article est de présenter l’évolution théorique et psychométrique du WISC-IV relativement à ses prédécesseurs, ainsi que les questions qui émergent de ces changements. Quelques résultats contribueront à mieux comprendre son fonctionnement. Des exemples de mise en perspective des subtests du WISC-IV permettront également de montrer que l’approche clinique est toujours possible, et ce, malgré les changements profonds. (Lire la suite)

La clinique du WISC-IV : des chiffres ou des lettres ?

Forte de sa pratique de psychologue auprès d’enfants dyspraxiques et-ou à haut potentiel, Catherine Weismann-Arcache nous éclaire sur les disparités entre le WISC-III et le WISC-IV, ainsi que sur les conséquences que ces modifications induisent sur ce type de population. Elle nous invite à approfondir et compléter cette nouvelle version au moyen d’autres outils, afin de redonner une consistance clinique à ce test qui semble avoir glissé vers des tendances purement diagnostiques. (Lire la suite)

Capacités concrètes, facteurs non intellectifs et observation clinique du WISC-III au WISC-IV

La disparition dans le WISC-IV de deux subtests de l’échelle Performance amène l’auteur à s’interroger sur la place laissée à l’observation clinique dans cette nouvelle version. Il n’écarte pas le risque pour la profession d’être réduite à un rôle psychotechnique. (Lire la suite)

Études de cas cliniques à partir du WISC-IV : intérêt et limites

Les deux auteurs ont choisi de présenter quatre cas d’enfants et d’adolescents rencontrés lors d’un examen psychologique comprenant la passation du Wisc-iv. En se centrant sur la dimension clinique de la passation, elles proposent une comparaison de leurs résultats avec ceux qu’elles avaient l’habitude d’observer à partir de situations similaires avec le WISC-III. (Lire la suite)

Bibliographie du dossier

Barbot H., 2005, « L’Expérimentation du WISC-IV », Journée d’études de l’ARCOP, les 21 et 22 mai 2005, à Rouen. Grégoire J., 2003, « France and French-Speaking Belgium », in J. Georgias, L. Weiss, F. van de Vijver et D. Sklofske (eds), Cultures and Children’s Intelligence : A Cross-Cultural Analysis of the WISC-III, New York, Academic Press, pp. 89-108. Süß H. M., Oberauer K., Wittmann W. W., Wilhelm O., Schulze R., 2002, « Working-Memory Capacity Explains Reasoning Ability – and a Little Bit More », Intelligence, 30 : 261-288.
Binet A., Simon T., 1905, « Méthodes nouvelles pour le diagnostic du niveau intellectuel des anormaux », L’Année psychologique, 11 : 191-244. Grégoire J., 2005, « Les métamorphoses des échelles de Wechsler », Le Journal des psychologues, 230 : 25-32. Vygotski L. S., 1925, « La conscience comme problème de la psychologie du comportement », Conscience, inconscient, émotions, Paris, La Dispute, pp. 61-94.
Binet A., Simon T., 1908, « Mémoires originaux. Le développement de l’intelligence chez les enfants », L’Année psychologique, 14 : 1-94. Grégoire J., 2006, L’Examen clinique de l’intelligence de l’enfant. Fondements et pratiques du WISC-IV, Liège, Mardaga. Vygotski L. S., 1926, La Signification historique de la crise en psychologie, Lausanne, Delachaux et Niestlé.
Bourgès S., 1974, Approche génétique et psychanalytique de l’enfant, tome 1, Paris, Delachaux et Niestlé, 1984. Grégoire J., Wierzbicki C., 2007, « Analyse de la dispersion des indices du WISC-IV en utilisant l’écart significatif par rapport à la moyenne des quatre indices », Revue européenne de psychologie appliquée, 57 (2) : 101-106. Voyazopoulos R., Andronikof A., Castro D., Cognet G., Gibello B., Lemmel G., Meljac C., Perron R., Verdier-Gibello M.-L., 2005, « Gare au QI ! », Le Journal des psychologues, 230 : 10-11.
Bréchon G., 2004, « L’examen psychologique en clinique », in Emmanuelli M. (sous la direction de), Le Bilan psychologique en CMPP, dysharmonie évolutive de l’enfant, l’anorexie de l’adolescente, Paris, Dunod. Horn J. L., Cattell R. B., 1966, « Refinement of the Theory of Fluid and Crystallized », Journal of Educational Psychology, 57 : 253-270. Wallon H., 1930, Principes de psychologie appliquée, Paris, Armand Colin.
Carroll J. B., 1993, Human Cognitive Abilities, Cambridge, Cambridge University Press. Horn J. L. et Noll J., 1997, « Human Cognitive Capabilities : Gf-Gc Theory », in D. P. Flanagan, J. L. Genshaft et P. L. Harrison (eds), Contemporary Intellectual Assessment, New York, Guilford Press. Wallon H., 1937, « Psychologie et éducation de l’enfance », Enfance, numéro spécial « Henri Wallon, 1959-1963 » : 3-10.
Carroy J., Ohayon A., Plas R., 2006, Histoire de la psychologie en France, Paris, La Découverte. Huteau M. et Lautrey J., 1997, Les Tests d’intelligence, Paris, « Repères », La Découverte. Wallon H., 1938, La Vie mentale, Paris, Éditions sociales.
Clot Y., 2003, « Vygotski, la conscience comme liaison », Conscience, inconscient, émotions, Paris, La Dispute, pp. 7-59. Kaufman A. S., 1975, « Factor Analysis for the Wisc-R at 11 Age Levels Between 6 1/2 and 16 1/2 », Journal of Consulting and Clinical Psychology, 43 : 135-147. Wallon H., 1941, L’Évolution psychologique de l’enfant, Paris, Armand Colin.
Colom R., Rebollo I., Palacios A., Juan-Espinosa M., Kyllonen P., 2004, « Working Memory is (almost) Perfectly Predicted by G », Intelligence, 32 (3) : 277-296. Kaufman A. S., 1979, « WISC-R Research : Implications for Interpretation », School Psychology Review, 8 (1) : 5-27. Wechsler D., 1944, Measurement of Adult Intelligence, Baltimore, Williams and Wilkins.
Debray R., 2000, L’Examen psychologique de l’enfant à la période de latence, Paris, « Topos », Dunod. Kaufman A. S., 1979, Intelligent Testing with the WISC-R, New York, Wiley-Interscience. Wechsler D., 1950, « Cognitive, Conative and Non Intellective Intelligence », American Psychologist, 5 : 78-83.
Detterman D .K., Daniel M. H., 1989, « Correlations of Mental Tests with Each Other and with Cognitive Variables are Highest for Low iq Groups », Intelligence, 13 : 349-359. Kyllonen P., Christal R., 1990, « Reasoning Ability is (Little more than) Working-Memory Capacity ? », Intelligence, 14 (4) : 389-433. Wechsler D., 1996, Manuel de l’échelle d’intelligence de Wechsler pour enfant, troisième édition, Paris, ECPA.
Emmanuelli M., 1999, « L’enseignement de l’examen psychologique à l’université : enjeux actuels », Pratiques psychologiques, 1 : 45-50. Lagache D., 1949, L’Unité de la psychologie, Paris, PUF. Wechsler D., 2005, Manuel de l’échelle d’intelligence de Wechsler pour enfants. Quatrième édition, Paris, ECPA.
Emmanuelli M., Weismann-Arcache C., 2006, « Approche clinique des enfants à haut potentiel », in Lubart T. (éd.), Enfants exceptionnels, Bréal, Rosny-sous-Bois. Lautrey J., 2005, « L’évolution du concept d’intelligence depuis Binet », in Nicolas S., Andrieu B. (eds), La Mesure de l’intelligence, Paris, L’Harmattan, pp. 73-91. Weismann-Arcache C., 2004, « Et avant Dieu j’étais où ? Les questions existentielles des enfants surdoués ou les destins de la pulsion de savoir », Journal des psychologues, 219 : 31-35.
Facon B., 2003, « L’organisation des aptitudes cognitives est-elle hiérarchique ? », Revue européenne de psychologie appliquée, 53 (3-4) : 189-198. McConaughy S. H., 2005, « Direct Observational Assessment During Test Sessions and Child Clinical Interviews », School Psychology Review, 14 : 490-506. Weismann-Arcache C., 2005, « On prescrit un QI », L’Information psychiatrique, 81 (3) : 205-209.
Freud S., 1887-1902, « Lettre à Fliess du 30 janvier 1899 », Naissance de la psychanalyse, Paris, PUF, 2005. Perron-Borelli M., Perron R., 1982, L’Examen psychologique de l’enfant, Paris, PUF. Weisman-Arcache C., 2006, « Les nouvelles équations symptomatiques infantiles ou la recherche du sujet perdu », Perspectives Psy, 45 (4).
Gibello B., 1984, L’Enfant à l’intelligence troublée, Paris, Païdos Le Centurion. Piaget J., 1972, Problèmes de psychologie génétique, Paris, Denoël. Weismann-Arcache C., 2006, « Hétérogénéité ou dysharmonie ? Clinique du fonctionnement mental des enfants à haut potentiel », Bulletin de psychologie, 59 (5), n° 485 : 481-489.
Glutting J. J., Oakland T. et McDermott I. A., 1989, « Observing Child Behavior During Testing : Constructs, Validity and Situational Generality », Journal of School Psychology, 27 : 155-164. Rozencwajg P., 2005, Pour une approche intégrative de l’intelligence : un siècle après Binet, Paris, « Mouvement des Savoirs », L’Harmattan. Weismann-Arcache C., 2007, « Le Petit Hans était-il surdoué ? Traumatisme, phobie et symbolisation », in Marty F. (sous la direction de), Transformer la violence, Paris, Éditions In Press.
Grégoire J., 1992, « Interpréter les résultats à l’échelle d’intelligence de Wechsler pour adultes, forme révisée (WAIS-R). Quelques valeurs de référence », in Revue européenne de psychologie appliquée, 42 (4) : 307-312. Rozencwajg P., 2006, « Quelques réflexions sur l’évaluation de l’intelligence générale : un retour à Binet ? », Pratiques psychologiques, 12 : 395-410. Weismann-Arcache C., 2007, « L’enfant surdoué a-t-il besoin d’un psychologue surdoué ? », in Adaptation scolaire, un enjeu pour les psychologues, Paris, Masson, pp. 64-75.
Grégoire J., 2000, L’Évaluation clinique de l’intelligence de l’enfant : théorie et pratique du WISC-III, Liège, Mardaga. Segal H. G., Western D., Lohr N. E et Silk K. R., 1993, « Clinical Assessment of Object Relations and Social Cognition Using Stories Told to Picture Arrangement Subtest of the WAIS-R », Journal of Personality Assessment, 61 : 50-80. Weismann-Arcache C., 2007 (à paraître), « Le WISC-IV à l’épreuve de la clinique », Bulletin de psychologie, numéro spécial IIes Entretiens de la psychologie.
Grégoire J., 2001, « L’évaluation psychologique : évolution des modèles et des méthodes », Psychologie française, 46 (3) : 195-202. Sipps G. J., Berry W. et Lynch E. M., 1987, « Wais-R and Social Intelligence : A Test of Established Assumptions that Uses the CPI », Journal of Clinical Psychology, 43 : 499–504. Zachary R. A., 1990, « Weschler’s Theoretical and Practical Considerations », Journal of Psychoeducational Assessment, 8 : 276-289.











 

 

Partage sur les réseaux sociaux

Pour une évaluation neuropsychologique éthique, entre théorie et clinique

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter