Adolescent

Dans la rubrique : Article

Comment entrer en relation de manière authentique avec des adolescents en crise, hospitalisés dans l’unité de pédospychiatrie de liaison d’un CHU, au décours d’une tentative de suicide ? C’est pour tenter de répondre à cette question qu’est née l’idée de l’atelier autoportrait, où proposition est faite à ces jeunes de venir travailler à une représentation d’eux-mêmes, en utilisant le dessin et la peinture, le collage ou encore l’écriture. Né en janvier 2011, cet atelier hebdomadaire s’est imposé peu à peu comme le moyen précieux d’accéder à une part, jusque-là invisible, de leur intimité psychique. Présentation de ce travail de médiation mené en binôme par une psychologue clinicienne et un infirmier psychiatrique.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec S. de Mijolla-Mellor, D. Fessaguet, C. Bonnet et al., A. Perret, G. Angélique, B. Levy, D. Angueli, D. Bonnichon, F. Houssier…

Test alt

Dans la rubrique : Lire

La question de la névrose se pose encore aujourd'hui, en dépit des apparences : en effet, masqué le plus souvent par les troubles plus actuels, ou escamoté par la disparition du terme de névrose dans le DSM, le fonctionnement névrotique n'en continue pas moins à exister. Dans ce domaine, les troubles du registre obsessionnel, chez l'enfant et l'adolescent, posent avec une acuité particulière la question du diagnostic différentiel - étroitement associée à celle du pronostic. Quels fonctionnements psychiques, quelles organisations psychopathologiques trouve-t-on derrière les manifestations du registre obsessionnel, aujourd'hui décrites en termes de TOC ? Quel devenir pour ces enfants et ces adolescents ? Le bilan psychologique, entendu dans toute sa complexité, grâce à la subtilité avec laquelle il appréhende les différentes facettes de la personnalité, offre un apport précieux pour la compréhension de ces troubles et une aide au diagnostic et aux propositions de prise en charge. Cet ouvrage, articulant théorie psychanalytique et clinique du bilan, en offre une illustration éclairante.

Dans la rubrique : Article

Si la remédiation cognitive est majoritairement proposée à des patients atteints de troubles liés à la schizophrénie, comme en témoigne notre précédent dossier 1, depuis quelques années des études ont démontré qu’elle pouvait avoir un impact sur d’autres pathologies psychiques. En prenant pour exemple l’anorexie mentale, la remédiation cognitive permet de favoriser la motivation au changement et l’adhésion à d’autres modalités de soin.

Dans la rubrique : Article

Comment l’élaboration de l’image corporelle influe-t-elle sur les processus de symbolisation ? De là, que se passe-t-il lorsque l’enfant vit une situation de handicap, qu’il soit physique, sensoriel ou psychique ? La nature de l’accompagnement de l’entourage familial comme des équipes soignantes, et la veille de la bonne distance relationnelle, entre surprotection et laisser-faire, aura sans conteste un impact. Au thérapeute de soutenir cette mise en relation du corps, avec soi et avec les autres.

Dans la rubrique : Article

Alors que dans les premières années de la vie, les modèles les plus importants sont les parents, à l’adolescence, le jeune a besoin de se séparer des modèles parentaux pour s’affi rmer. Qu’en est-il pour les jeunes immigrés ?

Dans la rubrique : Article

Professionnels, thérapeutes ou non, parents, je vous invite à réfléchir sur la relativité de l’analyse clinique thérapeutique d’un enfant porteur d’autisme atypique selon deux paradigmes qui paraissent antinomiques : l’un est d’obédience comportementaliste, l’autre est d’obédience psychanalytique. Il s’agit du même enfant, mais le prisme des paradigmes renforce l’idée qu’une analyse, si sincère soit-elle, ne doit jamais se désorienter à son usage premier : celui de comprendre les effets thérapeutiques et cliniques dont ils sont porteurs pour la personne qui s’engage dans l’échange avec le thérapeute. Cet enfant a donc un suivi thérapeutique hebdomadaire dans un ime. Chaque semaine, une piscine olympique lui est réservée pendant une demi-heure : cette médiation thérapeutique est mise à l’œuvre depuis deux années scolaires consécutives.

Dans la rubrique : Article

Qui n’a plus de nom disparaît, qui n’a plus de temps meurt… La Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), institution en charge d’accompagner les adolescents « en danger de délinquance », ressemble de plus en plus à un bateau qui prend l’eau 1. Soumise, parmi les premiers services publics, à la révision générale des politiques publiques (RGPP), vaste entreprise néolibérale de restriction des dépenses sociales et de mise en grilles de l’humain en souffrance, la PJJ connaît un virage répressif inédit. Ainsi renoue-t-elle, suivant des modalités certes différentes, avec une vision déterministe de la délinquance des mineurs telle que le XIXe siècle et l’entre-deux guerres l’avaient connue. La PJJ sans boussole ne sait plus si elle protège ou si elle réexpose à un destin assuré de « fauteurs de trouble » ceux dont elle s’occupe, dans une société où jeunesse rime fréquemment avec dangerosité.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec, entre autres, les contributions de B. This, M. Boutin, E. van der Stegen, D. Lévy, J. Aubry, J. Peuch-Lestrade, J.-P. Daniel, C. Bursztejn…

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Un quart des auteurs de violences sexuelles sont des mineurs : viols, agressions sexuelles, atteinte aux moeurs. Comment endiguer cette violence adolescente ? Comment la contenir dans des dispositifs thérapeutiques et d'accompagnement ? L'actualité judiciaire avive encore ces questions. D'autant qu'en matière de juridiction des mineurs, des réformes tendent à renforcer le répressif au détriment de l'éducatif. Pourtant, le phénomène de violences sexuelles adolescentes est loin d'être nouveau, mais il tend à prendre de l'ampleur, à la fois socialement et dans nos imaginaires collectifs. Cette violence sexuelle à l'adolescence ne peut qu'interroger les cliniciens et les acteurs qui ont à prendre en charge cette jeune population. Trois sphères sont intéressées par cette prise en charge : le judiciaire, le social et le thérapeutique. Des universitaires, des professionnels de la Santé, du monde judicaire et pénitentiaire, tous spécialistes de l'enfance et de l'adolescence se sont réunis pour construire cet ouvrage. Ensemble, ils affirment la nécessité de maintenir une dimension thérapeutique et éducative forte. Comment comprendre la violence sexuelle adolescente ? Quel parcours judiciaire vont connaître ces jeunes ? Quelle est la valeur de la sanction à cette période de la vie ? Quel travail thérapeutique peut être proposé à ces jeunes ? Seule l'articulation des 3 sphères judicaire, sociale et thérapeutique peut amener la prévention à prendre le pas sur la pénalisation. Un ouvrage qui permettra de trouver « matière à penser » là où certains de nos contemporains ne perçoivent que « matière à châtier ».

Pages

S'abonner à RSS - Adolescent

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter