Travail

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec A. Laoukili, A. Salmon, C. Castejon, D. Linhart, H. Savall, V. Zardet et D. Bonnet, É. Roussel et V. Tassy…

Dans la rubrique : Article

Pour qui connaît le domaine de la psychologie du travail et des organisations (PTO), il est difficile de ne pas rebondir sur l’article « Psychologie du travail 3.0, l’ère des neurosciences organisationnelles », paru récemment dans notre revue (n° 329).

Test alt

Dans la rubrique : Lire

K. Campens, S. Hervé, A. Arnault et P. Chimy, F. Gallou, A. I. Vasquez, M. Bournel Bosson, C. Demetriades, C. Rossette, N. Ben Mahiddine, M.-H. Condello.

Dans la rubrique : Article

La question de l’évaluation des intérêts professionnels est une question ancienne qui, de ce fait, apparaît bien documentée à ce jour. Ce travail se propose d’envisager cette pratique sous l’angle du concept d’innovation et de montrer son utilité au regard des règles déontologiques qui régissent notre profession.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec B. Schneider, A. Ciccone, C. Dejours, M. Santiago‑Delefosse, B. Savin et A. Létuvé.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Au cours de la dernière décennie, les groupes d'analyse des pratiques se sont multipliés dans de nombreux domaines de la vie professionnelle (secteur médicosocial, enseignement, consultation) tout en s'appuyant sur des références théoriques, des dispositifs et des cadres méthodologiques variés (groupes de psychosociologie clinique, groupes Balint, groupes de "soutien au soutien" de Lévine, groupes d'analyse de problèmes inspirés de Guy Palmade). Cet ouvrage rend compte de cette diversité en présentant les orientations de praticiens se réclamant d'une posture clinique, les "objets" sur lesquels ils travaillent, les finalités qu'ils poursuivent, la façon dont ils pensent et conduisent l'animation de ces groupes d'analyse des pratiques, les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Il explore le sens que prennent les différentes approches dans les contextes institutionnels et sociaux actuels, l'évolution de la demande sociale et ses significations ainsi que les perspectives de renouvellement des dispositifs d'analyse et d'échanges.

Dans la rubrique : Article

Nourrie de diverses sources théoriques, la connaissance en matière de psychologie du travail et des organisations a ralenti sa progression au fil des dernières décennies. Grâce aux nouvelles approches et aux outils qu’elles apportent, les neurosciences offrent des pistes de réflexion dans ce domaine.

Dans la rubrique : Article

Il arrive encore que des personnes peu informées se demandent quelles interventions peuvent bien assurer des psychologues du travail dans un centre hospitalier, puisqu’ils ne soignent pas les patients ! Poser cette question, c’est oublier que l’hôpital est une organisation de grande taille employant un nombre important de personnels.

Dans la rubrique : Article

Les observateurs relèvent, comme tout individu, ce qui est directement visible et qui frappe l’attention : l’augmentation sensible du chômage. Ils alertent du danger, et les politiques essaient, tant bien que mal, de colmater les brèches du tissu industriel qui prend l’eau, par des mesures de soutien après-coup qui restent malheureusement peu efficaces et coûteuses.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec Taylor, le « père » de l'organisation scientifique du travail, les ouvriers devenaient un rouage passif, astreint à une stricte conformité aux consignes et modes opératoires. Leur travail devait se dérouler indépendamment de leur état d'esprit, de leurs états d'âme et de leurs savoirs. Le management moderne semble aux antipodes d'une telle orientation. Il clame sa volonté de reconnaître la dimension humaine des salariés, mise sur leur subjectivité, leur personnalité et tend à « psychologiser » les rapports de travail. Pourtant Danièle Linhart soutient que la logique reste la même : dans les deux cas, s'organise en réalité une disqualification des métiers, de la professionnalité, de l'expérience qui tend à renforcer la domination et le contrôle exercés par les dirigeants. Le résultat est le même : un travail qui perd son sens, qui épuise. Pire encore, le travail moderne précarise subjectivement les salariés, qui, constamment mis à l'épreuve, sont conduits à douter de leur propre valeur et légitimité. En rapprochant Taylor des managers modernes, l'auteur questionne cette idéologie qui prend de plus en plus de place dans la réalité du travail telle qu'elle se dégage à travers ses propres enquêtes et celles des spécialistes en sciences sociales du travail.

Pages

S'abonner à RSS - Travail

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter