Articles

Pour effectuer une recherche précise veuillez utiliser le moteur de recherche détaillé.


Gériatrie : quel sujet derrière la dépendance ?

En 2012 paraissait la deuxième édition du livre de Pierre Charazac, Psychothérapie du patient âgé et de sa famille 1. En vingt-cinq ans, la question de la place du tiers, celle du psychologue, du médecin auprès de la personne en fin de vie et de ses proches, a évolué et l’auteur la situe au cœur de son ouvrage. Dans cet entretien, il précise ce qui constitue la spécificité de cette relation quand la dépendance se signale dans tous les aspects du soin, et se demande si l’institution en permet une approche juste et réellement suffisante.


La fabrique de la virilité dans la famille patriarcale

Auteur(s) : Haroche Claudine

La virilité a été et est encore, dans un grand nombre de sociétés, un élément central de pouvoir ou de domination dans un modèle familial patriarcal, auquel correspond un système étatique tout aussi autoritaire, voire fascisant. De nombreux travaux concernant l’apprentissage de la virilité sont appelés à illustrer, dans ces cas, le rôle déterminant de la famille et des mouvements de jeunesse, des « fraternités », qui exaltent un désir de fusion s’appuyant sur des idéaux virils.


Le curriculum vitae : une mise à l’épreuve de l’estime de soi

Le curriculum vitae s’est imposé au cours des trois dernières décennies comme le document incontournable de tout candidat à l’emploi. Certains se prêtent plus facilement que d’autres à l’exercice. Pour ces derniers, l’estime de soi se trouve bien souvent mise à l’épreuve de l’employabilité ; ce qui constitue une difficulté majeure. Dans quelle mesure, et sous quelles conditions, un atelier d’aide à la rédaction du CV et de la lettre de motivation peut-il permettre l’émergence de la parole et devenir un lieu de reconstruction d’une trame de vie ?


Clinique et « bonnes pratiques » de l’ANESM

Auteur(s) : Broudic Jean-Yves

Désormais, des évaluations externes sont réalisées par des organismes extérieurs aux institutions sociales et médico-sociales dans le but avancé de les aider à établir leur organisation. Celles-ci reposent sur des « Recommandations de bonnes pratiques professionnelles » énoncées par l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm). Jean-Yves Broudic analyse ici deux de ces recommandations et s’interroge sur le parti pris accordé au comportementalisme au détriment de la psychologie clinique et de la psychanalyse.


À hauteur d’homme. Ron Mueck à la Fondation Cartier

Auteur(s) : de Azambuja Miguel

Il était là, gros et gigantesque, assis, nu. La tête inclinée repose sur la main qui semble empêcher sa chute ; le regard hagard ne perçoit plus, il médite.


Les compétences professionnelles du psychologue. Enjeu politique

Auteur(s) : Fourcher Gérard

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a rendu publics 1, le 16 juillet 2012, les « Référentiels de compétences en licence » qui définissent le cursus universitaire » : « Le modèle de formation en psychologie tend à suivre un mouvement de comparabilité en Europe par la voie de la certification EuroPsy directement inspirée du modèle de plates-formes communes des directives européennes concernant les qualifications professionnelles et visant la libre circulation des travailleurs en Europe. (cf. Le rapport Tuning, 2005 pour la psychologie, est en cours de diffusion 2.) »


Les jeunes, deux mondes, N catégories

Auteur(s) : Lemoine Claude

Vous l’avez entendu maintes fois : « Les jeunes, ce n’est plus comme avant », « Ils ne pensent qu’à eux », « D’ailleurs, c’est la génération Y », celle qui a tout compris et cherche d’abord son intérêt, ne serait-ce que pour s’adapter au monde économique si impitoyable. Ce bel exemple de généralisation, loi tant recherchée en psychologie générale, ne peut que faire réagir.


La logique de l’évaluation

Auteur(s) : Sauret Marie-Jean

Un tri s’opère dans les savoirs au profit de ceux qui privilégient techniques, informations, compétences, et au détriment de ceux qui permettent de s’interroger sur le sens de l’existence et de la vie commune. Cette mutation du savoir s’accompagne d’un changement de civilisation qui invite chacun à se penser comme une machine sans symptôme : dès lors, l’évaluation devient un outil de formatage et d’adaptation de l’humain aux exigences du néolibéralisme.


L’exigence d’évaluation : entre démocratie et  technocratie

Auteur(s) : Chauvière Michel

L’extension récente du domaine de l’évaluation préoccupe à juste titre tous les acteurs. Et, plus l’obligation de s’y soumettre se généralise, plus les techniques s’affinent, plus les actions d’évaluation sont mal vécues par ceux qui y sont soumis. La marche est implacable. Si, par le passé, les valeurs républicaines, portées par les administrations, le service public, les associations, se pensaient en dehors de toute visée lucrative, aujourd’hui, l’objectif de la réduction du coût légitime ces appropriations de pouvoir.


De la mesure en tout… Sortir de la folie évaluatrice

Vincent de Gaulejac est l’un des pionniers de la sociologie clinique. Ses multiples références, ses travaux, ainsi que son expérience en tant que travailleur social, au départ, puis universitaire, lui ont permis d’analyser les rapports entre les normes imposées par les nouvelles formes de management et leurs effets sur l’homme au travail. Analysant les causes de ce modèle où chacun est devenu une ressource au service de l’entreprise, où le formatage de la psyché se fait au service de l’idéologie gestionnaire, la question se pose plus que jamais : y a-t-il une issue à ce mal-être au travail causé par une « société malade de la gestion » ?


Pages

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter