Dossiers

Pour effectuer une recherche précise veuillez utiliser le moteur de recherche détaillé.


Esthétique, clinique et psychothérapie

La réflexion sur l’esthétique a actuellement un grand rôle à jouer, dans une société qui privilégie, en matière de soins, la rentabilité et l’efficacité plutôt que la dimension relationnelle propre à l’accompagnement thérapeutique. Le problème de l’esthétique, celui de la beauté et de la créativité, présent depuis toujours dans la philosophie, puis dans la psychologie, enfin dans la psychanalyse freudienne, a ouvert la voie à des applications importantes : transposition aux enfants avec l’utilisation du dessin dans la cure par Melanie Klein et Anna Freud ; adaptation aux psychoses et états-limites pour les enfants et adultes avec le déploiement de l’art-thérapie, puis des médiations thérapeutiques, grâce, notamment, au travail de Sandor Ferenczi, puis de Wilfred R. Bion et de Donald W. Winnicott ; référence au « conflit esthétique » théorisé par Donald Meltzer et autres spécialistes de l’autisme.


La psychologie au-delà des frontières

La psychologie aujourd’hui, comme les autres disciplines, ne peut être considérée uniquement dans sa dimension française, et encore moins métropolitaine. L’habitude est prise d’un protectionnisme franco-français argumenté sur la défense de notre clinique, le plus souvent d’orientation psychodynamique, et inscrite dans l’indépendance du psychologue et son autonomie totale dans ses choix théoriques ; nous sommes majoritairement vigilants et frileux vis-à-vis de ce qui nous vient de l’étranger. Il est vrai que l’hégémonie des États-Unis s’applique aussi à la psychologie, et que nous savons, par ailleurs, que leurs modèles ne peuvent s’appliquer tout à fait aux nôtres, ne serait-ce que pour des raisons socio-économiques.


Réalité virtuelle et adolescence

Le virtuel fascine et inquiète à la fois. Il capture chacun d’entre nous, et la multiplication des outils technologiques, tels les smartphones, tablettes, ordinateurs, Internet, etc., manipulés par tout un chacun, en témoigne. Les comportements et relations à autrui s’en trouvent modifiés, jusqu’à ces tablettes ou consoles que nous mettons entre les mains des jeunes enfants, fascinés que nous sommes par leur habilité à s’en saisir et à s’y absorber hors de l’obligation de présence de l’adulte. Il ne faut alors ni l’écouter, ni jouer avec lui, encore moins le surveiller : il ne bouge pas et n’a besoin de rien. Que dire aussi de ces mères, leur bébé dans les bras ou dans la poussette, connectées tout entières à leur smartphone ?


Le sujet en médecine. Patients, soignants, face  à  la  souffrance

À notre époque, où les diverses avancées dans les spécialités de traitement s’avèrent majeures, il apparaît que, depuis l’avènement de la médecine moderne, celle-ci ait quelque peu oublié la personne.


Le corps et ses représentations dans la société contemporaine

Corps propre, images du corps, représentations sociales du corps, place du corps dans la société, etc., autant de concepts sur lesquels la psychologie sociale ou clinique, la philosophie ou l’anthropologie nous éclairent sur le fondement même de notre existence ; un corps que nous reléguons pourtant parfois à un rôle purement d’outil, de véhicule. Hôte encombrant ou investi comme un faire-valoir, corps que l’on oublie, maltraite, que l’on ignore dans ses alertes ou, au contraire, qui est au centre de toute notre attention lorsqu’il défaille ou est l’objet d’un contrôle de son apparence.


L’accueil du jeune enfant. Entre rêverie et étayage

Fut un temps où on gardait un bébé ; aujourd’hui, on accueille un jeune enfant. Bien plus qu’un jeu de langage, cette locution révèle à elle seule la complexité et l’importance de ce qui se joue dans ces temps de vie que l’enfant entre 0 et 3 ans partage avec des professionnels, le plus souvent hors de la présence des parents. Et dans un lieu pensé et agencé pour qu’à travers le jeu il se structure et se développe au sein d’espaces repérables qui permettent la rencontre possible avec l’enfant.


L’agir de l’adolescence

Comment vivre son adolescence, cette période d’entre-deux, généralement décrite comme une crise, un moment ou encore un passage vers l’âge adulte, dans la tentative de se délester de l’infantile qui constitue néanmoins chaque sujet dans son évolution ?


Face à la souffrance au travail : des psychologues du personnel

Les risques psychosociaux (RPS) sont une appellation qui a récemment envahi nos quotidiens professionnels et qui est devenue une formule à la mode pour traiter un sujet connu de longue date, celui de la souffrance du sujet au travail… au risque de le vider de sa substance.


Que nous disent les rêves ? Entre neurosciences et psychanalyse

Le rêve occupe un espace important de notre vie psychique, intellectuelle, sociale et artistique. Il semble qu’il en ait toujours été ainsi. Dans les récits mythologiques, le rêve met l’homme en relation avec l’au-delà, idée reprise au Moyen Âge : l’âme « en vacance » de la matière s’élève vers les principes supérieurs.


Psychologue en soins palliatifs : quels repères pour la pratique ?

Au dernier recensement fait par la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) en 2014, la France compte 389 équipes mobiles de soins palliatifs, 132 unités d’hospitalisation de soins palliatifs, 112 réseaux, un certain nombre de lits identifiés dans les établissements et des équipes d’hospitalisation à domicile formées pour proposer des soins palliatifs.


Pages

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter