Dossiers

Pour effectuer une recherche précise veuillez utiliser le moteur de recherche détaillé.


La médiation, un espace pour penser

La communication, le rapport à l’autre, ne vont pas de soi. Si le processus thérapeutique peut s’élaborer « naturellement » à travers la relation dyadique imposée par le cadre analytique ou psychothérapeutique, si l’expérience groupale constitue une autre voie d’approche de la psyché, qu’elle concerne l’individu ou les processus psychiques en jeu dans le groupe (appareil psychique groupal de René Kaës), les outils de médiation représentent de plus en plus la possibilité de mettre en place un cadre thérapeutique à la fois original et pertinent.


Les foules aujourd’hui : le Mondial

Sociologues et psychologues sociaux se sont intéressés dès la fin du XIXe siècle aux foules et aux masses – tous les auteurs du dossier ne manquent d’ailleurs pas de citer le rôle précurseur de Gustave Le Bon –, certains établissant une relation entre celles-ci et la modernité politique. Aujourd’hui plus encore qu’hier, la presse souligne la portée universelle des grandes manifestations sportives (le Mondial ou les Jeux olympiques) et leur rôle important de facilitation des rapports internationaux ou interétatiques et d’intégration des valeurs de tolérance et d’humanisme.


Le cancer : accompagnement et pratiques

Un coup d’arrêt, la violence du mot. Au commencement était le verbe et c’est bien de cela qu’il s’agit le plus souvent lorsque le diagnostic de cancer est énoncé. Cette maladie qui sourd après parfois des mois d’existence en dehors de toute conscience de son hôte.


Corps, symbolisation et hyperactivité

Depuis plusieurs décennies, tout s’accélère… tout va très vite… Trop vite ? La clinique quotidienne témoigne d’une augmentation très sensible des troubles dits « narcissiques », au détriment d’une symptomatologie névrotique plus classique. Une sorte de tendance générale pousse l’individu à se détourner du monde extérieur pour entrer dans la toute-puissance et l’illusion narcissique.


Schizophrénie et remédiation cognitive

Lorsqu’il s’agit de nouveauté, les principes généraux reposent souvent sur des connaissances anciennes enfouies et parfois écartées. C’est le cas des pathologies aujourd’hui englobées dans la sphère de la schizophrénie. En effet, la description princeps du trouble insistait d’emblée sur l’importance des troubles précoces de l’attention (Kraepelin, 1899), la spécificité de certains aspects de la cognition comme la désorganisation temporo-spatiale (Bleuler, 1911) ou la rigidité de la pensée (Grant et Berg, 1948). Aujourd’hui, des modèles neuropsychologiques offrent un cadre à ces troubles antérieurement décrits.


Les risques psychosociaux : de la prévention au soutien psychologique

Le monde du travail, depuis ces vingt dernières années, a connu des reconfigurations importantes tant dans sa forme que dans ses modalités et ses conditions d’exercice. Le challenge, la compétitivité, le rendement, l’efficacité, le retour sur investissement… telles sont désormais les expressions courantes de nos sociétés postmodernes, emportées par le diktat de l’économie.


Patient et famille en  psychiatrie. L’approche systémique

L’approche systémique propose un changement de paradigme : le passage d’une lecture du symptôme en termes familiaux plutôt qu’individuels. Pour autant, les questions de l’individu, de sa structure de personnalité, de sa maladie, n’y sont pas niées, encore moins négligées (Selvini, 2010).


De la précarité à l’exclusion : quel soutien psychologique ?

Comme en témoigne l’adoption du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale en janvier dernier, le sort des personnes que les économies modernes jettent à la rue – hors de leur domicile et, parfois même, hors de leurs frontières – est une préoccupation majeure du gouvernement de Jean-Marc Ayrault.


L’obésité, une expression corporelle ?

La France compte des millions de personnes en situation d’obésité. Et les enfants tout autant que les adultes sont concernés. L’Oms parle d’« épidémie mondiale ». Pourtant, rien ou presque ne figure dans le cursus de formation des psychologues. Ce paradoxe illustrerait-il le contre-transfert négatif à l’égard de cette population qui règne dans tous les secteurs de la société, y compris dans nos rangs ? Dans le cadre de ce dossier, nous proposons une approche peu attendue en ce domaine pour mieux comprendre la personne en obésité.


Les psychologues face à la psychothérapie

Définie comme « un processus intentionnel et documenté par lequel sont appliquées des méthodes cliniques et des postures interpersonnelles dérivées de principes psychologiques scientifiquement avérés, dans l’objectif d’assister des personnes, de modifier leurs comportements, cognitions, émotions et-ou autres caractéristiques personnelles dans le sens jugé désirable par ces derniers » (APA, 2013), la psychothérapie apparaît comme une pratique diversifiée et complexe, en perpétuelle mutation, attentivement scrutée par ses usagers et prescripteurs, régulièrement interrogée par la recherche scientifique. Pratique aux multiples facettes, elle impacte indéniablement ceux qui l’exercent ou ceux qui s’y engagent.


Pages

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter