Société

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Comme par magie ! Le biopolitique actuel a transformé les génocides des années trente dont il est l'héritier en une quête tout aussi "hyperboloïde" d'immortalité. Aux réfractaires à cette hypervie, proposée en attendant d'être imposée, quelle place notre société (si c'en est encore une) leur accordera-t-elle ? La question se pose et dans l'urgence face aux effets fantomaux de ce programme de "maîtrise et possession de la nature" ainsi déployé sans frein par l'Hespérie (cet autre nom de l'Occident). D'ores et déjà, métamorphosés en peau de chagrin, les peuples s'y muent en ectoplasmes dociles et soumis, traversés par les éclairs d'une violence tronquée dont la démesure ne dévoile que l'impuissance. Chaque société est responsable du rapport qu'elle ménage au réel : à l'entame d'une telle réponse ces quelques pages participent.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Et si la raison occidentale était devenue délirante ? Si tel était le cas, alors il faudrait entreprendre séance tenante une « psychanalyse » de ce délire occidental. Dany-Robert Dufour s'en donne les moyens. Il part de ce que Descartes proposait dans Le discours de la méthode, fondement de la raison moderne : que les hommes « se rendent comme maîtres et possesseurs de la nature ». Un tournant dans l'aventure humaine qui a entraîné le développement progressif du machinisme et du productivisme, jusqu'à l'inflation technologique actuelle affirmée comme valeur suprême. Si ce délire occidental fait aujourd'hui problème, c'est qu'il a gagné le monde (la mondialisation néolibérale qui exploite tout, hommes et environnement, à outrance) et qu'il est appelé, comme tout délire, à se fracasser contre le réel. D'une part, parce que la toute-puissance et l'illimitation des prétentions humaines qu'il contient ne peuvent que rencontrer l'obstacle : notre terre réagit déjà vigoureusement aux différents saccages en cours. D'autre part, parce que ce délire altère considérablement les trois sphères fondamentales de la vie humaine que sont le travail, le loisir et l'amour en les vidant de tout sens - ce que l'auteur examine avec soin. Mais tout n'est pas perdu : c'est à une nouvelle raison délivrée de ce délire que Dany-Robert Dufour en appelle pour une refondation de la civilisation occidentale, dont il esquisse les possibles contours.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Polémiques, faits divers, images-choc, voyeurisme, micro-trottoir, téléréalité...A l'ère du multimédia, nous assistons au triomphe de l'émotion. Le pouvoir médiatique s'impose en faisant vibrer la sensibilité au rythme haletant de stimulations sonores et visuelles qui produisent une véritable addiction collective aux émotions. Le pouvoir politique joue sur les mêmes ressorts. S'il est vrai que l'émotion est le cheval de Troie de la manipulation, cette débauche d'excitations sensorielles soulève des enjeux éthiques majeurs. Quand nos émotions sont dévoyées, nous alerte l'auteur, ce sont nos jugements de valeur qui se trouvent pervertis. Sommes-nous désormais voués à être gouvernés par les émotions ? Cet essai interroge les ressources intérieures dont nous disposons pour faire face au charivari émotionnel ambiant. Se démarquant du rationalisme moral qui en appelle à l'autorité de la raison, il plaide en faveur d'un rationalisme critique qui mette à jour les ressorts affectifs des stratégies manipulatrices. Il passe ainsi au crible des émotions telles que la compassion, la peur, l'angoisse, l'indignation ou la complaisance morbide. Pour résister à la médiocrité des émotions médiatiques, il faut savoir les décrypter et leur opposer notre propre palette d'expériences affectives. Un essai original qui fait sortir les émotions du cadre purement privé et apporte un éclairage nouveau sur les faits de société. Sommes-nous désormais voués à être gouvernés par les émotions ? Cet essai interroge les ressources intérieures dont nous disposons pour faire face au charivari émotionnel ambiant. Se démarquant du rationalisme moral qui en appelle à l'autorité de la raison, il plaide en faveur d'un rationalisme critique qui mette à jour les ressorts affectifs des stratégies manipulatrices. Il passe ainsi au crible des émotions telles que la compassion, la peur, l'angoisse, l'indignation ou la complaisance morbide. Pour résister à la médiocrité des émotions médiatiques, il faut savoir les décrypter et leur opposer notre propre palette d'expériences affectives. Un essai original qui fait sortir les émotions du cadre purement privé et apporte un éclairage nouveau sur les faits de société

Dans la rubrique : Article

Face à la guerre mondiale désastreuse pour les peuples européens, pessimiste sur l’avenir de la civilisation, inquiet pour l’avenir de la psychanalyse, Freud s’appuie sur des observations menées sur les névroses de guerre pour relancer et réorienter ses élaborations théoriques, refonder l’appréhension de l’inconscient et construire ce que l’on a appelé la « deuxième topique ». On comprend bien ici la manière dont s’effectue, au sein de la conceptualisation psychanalytique, l’ouverture de nouvelles voies.

Dans la rubrique : Article

Les personnes en situation de handicap invitent volontiers à un questionnement sur la différence et l’anormalité. Mais quelle place celui qui est « hors norme » peut-il prendre dans la société en général, et quelle place lui offre-t-on dans les espaces publics en particulier ? Dans quel contexte urbain l’expérience des sujets hors norme s’effectue-t-elle ? C’est à travers un va-et-vient constant entre l’anormalité et la norme que la question de l’accès aux espaces publics est explorée.

Dans la rubrique : Article

Devenue incontournable, la « cyberpsychologie » se trouve aujourd’hui au centre des débats, notamment quant aux risques que contiennent ces nouvelles pratiques, pour le cyberpatient et pour le praticien. Environnement virtuel, instabilité des identités, confidentialité, conservation des données, sécurité de paiement, déontologie, sont autant d’éléments à définir, garantir et préserver lors de la « télérelation ».

Dans la rubrique : Article

Évoquant ses différentes prises de position, et notamment sa thèse sur les effets psychologiques et sociaux néfastes de l’économie néolibérale, Roland Gori souligne la contribution notable de la psychanalyse à l’humanisation de la société contemporaine. Sa posture pourrait être identifiée par l’aphorisme qu’il emprunte à Romain Rolland, « le pessimisme de l’intelligence allié à l’optimisme de la volonté ».

Dans la rubrique : Article

De partout le murmure monte. Dès que vous évoquez le travail aujourd’hui, vous entendez des plaintes rentrées, associées à une résignation impuissante. Les situations deviennent de plus en plus tendues, et plus encore dans les secteurs des métiers relationnels et sociaux, hôpitaux, enseignement, services publics aux personnes.

Dans la rubrique : Article

Cette réflexion découle principalement de deux faits.

Dans la rubrique : Article

Dominique Picard se livre à une analyse aussi subtile que rigoureuse et exhaustive des fonctions remplies par les codes de politesse et les règles de savoir-vivre, systèmes de rituels inhérents à tous les contextes sociaux et culturels. Ces rituels créent les conditions d’une sociabilité apaisée permettant « le vivre ensemble » dans une société comme la nôtre, découpée selon les lignes de clivages sociaux et économiques classiques, mais encore morcelée selon des critères ethniques, culturels ou linguistiques. On trouvera, ici, des réponses aux incivilités qui alarment nos concitoyens.

Pages

S'abonner à RSS - Société

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter