Évaluation psychologique

Dans la rubrique : Article

L’examen psychologique de l’adolescent en vue d’une orientation est souvent l’occasion de réaliser un pronostic de ses performances futures dans différents champs d’étude. Mais les tests psychométriques constituent-ils de bons prédicteurs des résultats scolaires ? À partir d’une revue de la littérature et la présentation de trois situations cliniques de lycéens venus consulter pour définir ou affiner leur projet d’orientation, les auteurs nous invitent à observer les congruences qui apparaissent entre leurs résultats obtenus au WISC-IV et leurs résultats scolaires constatés par la suite.

Dans la rubrique : Article

Parmi les pratiques d’évaluation dans lesquelles se trouvent engagés les psychologues, le champ de l’expertise judiciaire occupe une place à part. Face aux enjeux de pouvoir inhérents à cette pratique et aux risques d’instrumentalisation qui la sous-tendent, comment une expertise psychologique judiciaire peut-elle contribuer au soutien de la subjectivité du sujet de l’expertise ? Une prise de position clinique, technique ainsi qu’éthique et politique de la part du psychologue est un prérequis nécessaire.

Dans la rubrique : Article

La fatigue est un phénomène complexe, multidimensionnel. S’il s’agit la plupart du temps d’une plainte commune qui peut être résolue par le repos, il existe également une fatigue dite « chronique », difficile à décrire et à évaluer, parfois encore méconnue des soignants et dont le diagnostic ou le traitement peuvent être sujets à controverses. Les outils classiques d’évaluation et leur utilisation sont-ils adaptés dans le cadre du syndrome de fatigue chronique ? Des pistes complémentaires peuvent-elles être envisagées ?

Dans la rubrique : Article

À travers le cas clinique déroulé ici au fil des pages, Yolande Govindama témoigne de la nécessité de penser un dispositif adapté au cadre de la protection de l’enfance qui tienne compte des effets de la contrainte judiciaire sur l’évaluation, le diagnostic et l’accompagnement thérapeutique. Démonstration.

Dans la rubrique : Article

Il apparaît aujourd’hui naturel que l’évaluation psychologique repose sur l’utilisation d’outils psychométriques impliquant de comparer les performances d’un sujet à celles d’un échantillon de référence. Si cette démarche semble être la plus objective, les auteurs invitent néanmoins à considérer avec mesure les représentations d’une « norme idéale » et rappellent l’importance d’une lecture critique de ces résultats de la part des utilisateurs.

Dans la rubrique : Article

Il est difficile de composer avec la possibilité d’une erreur lors de la rédaction du rapport d’évaluation. Et quand bien même certains mécanismes de production du compte‑rendu permettent de neutraliser les effets délétères des incertitudes, ils risquent néanmoins de mettre en péril l’activité de jugement clinique qui fonde la raison d’être de l’examen. Engager une réflexion sur ces mécanismes permet de s’en prémunir.

Dans la rubrique : Article

Comment un psychologue peut‑il procéder à une évaluation sans tomber dans les chausse-trappes que sont le risque d’instrumentation ou encore la visée normalisante ? Si le Code de déontologie des psychologues offre des indications précieuses sur cette démarche d’évaluation consentie par le patient, l’auteur suggère également de distinguer les notions d’évaluation et d’examen proprement dit, et de rendre au psychodiagnostic toute son originalité et sa pertinence.

S'abonner à RSS - Évaluation psychologique

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter