Hôpital

Dans la rubrique : Article

Une belle victoire en ce mois de mai pour la profession ; une victoire de l’unité et du rassemblement révélée par deux excellentes nouvelles coup sur coup qui prouvent que l’engagement commun peut parfois porter ses fruits.

Dans la rubrique : Article

Les réactions des patients face à leur hospitalisation, notamment en services pédiatrique et psychiatrique, suscitent des interrogations quant au rapport des sujets au soin. Vécue de manière douloureuse et pouvant remettre en cause le fait même de vivre, l’hospitalisation renvoie aux angoisses de séparation et, de fait, relève d’un travail de deuil. Quels sont les étapes, les « temps » repérés ? Comment oeuvrent les équipes dans l’accompagnement des sujets, de leur admission à la sortie ?

Dans la rubrique : Article

Agir dans l’intérêt seul du patient est un fondamental de tout soignant. Mais quand les politiques de santé publique investissent les manières de concevoir et d’exercer le soin en assurant la promotion de l’éducation thérapeutique du patient, qu’en est-il ? À travers la psychiatrie, discipline singulière où les souffrances et complexités des sujets en appellent à des soins spécifiques, l’auteur nous interpelle sur l’« effraction du politique dans la clinique » avec l’instauration de programmes d’éducation procéduriers et la possible mise sous-tutelle des soignants.

Dans la rubrique : Article

L’association Savédiab (1) propose des groupes d’éducation thérapeutique pour les personnes diabétiques ; groupes aux thématiques variées : connaissance générale du diabète et des traitements, complications possibles, vécu de la maladie et troubles associés, etc. À travers une analyse clinique d’une séance de groupe menée par une diététicienne et une infirmière, une hypothèse du rôle possible du psychologue au sein de ce dispositif est avancée : l’accompagnement des professionnels dans leur démarche par l’analyse de pratique.

Test alt

Dans la rubrique : Dossier

L’éducation thérapeutique (E.T.) est inscrite dans la loi HPST, ce qui rend son application obligatoire dans le cadre de la politique de santé publique. Des critiques idéologiques et des réticences se sont manifestées à l’encontre de cette disposition venue déranger les habitudes de soin, mais ici la parole est donnée à des praticiens qui témoignent de leur expérience de l’E.T. – comme des réflexions nécessaires à sa mise en œuvre – et interrogent la place du psychologue dans ce nouveau dispositif de suivi.

Dans la rubrique : Article

L’obligation d’éducation thérapeutique suscite des questions relatives à sa gestion et à sa mise en place ; elle interroge autant la définition du soin que celle des pratiques de soin et la relation médecin-malade. La pratique de la diabétologie, en fournissant des exemples relatifs à la façon dont chaque patient investit sa maladie chronique, met à mal l’idée qu’il existerait un mode opératoire unique de prise en charge pour une pathologie donnée, et donc une éducation thérapeutique qui pourrait s’appliquer de façon mécanique.

Dans la rubrique : Article

L’éducation thérapeutique du patient est devenue une priorité de santé publique inscrite dans une augmentation croissante des pathologies chroniques. Cette mission hospitalière a été réitérée par de nombreux plans. Pour un directeur des soins, passer du concept à l’organisation de pratiques réglementaires variées qui répondent aux directives peut l’amener à réviser ses objectifs.

Dans la rubrique : Article

Que peut apporter un psychologue au sein d’un projet d’accompagnement et d’éducation thérapeutique du patient ? Où se trouve la frontière entre le suivi psychologique de la personne soignée et le suivi éducatif dans le cadre de son éducation thérapeutique ? Situer la place du psychologue dans les différentes étapes du processus d’accompagnement du patient, définir les compétences qu’il peut mettre au service de celui-ci et des acteurs impliqués dans la prise en charge est essentiel.

Dans la rubrique : Article

La profession de psychologue hospitalier, son rôle, ses prérogatives et son organisation font l’objet de négociations avec la direction générale de l’offre de soin (DGOS) qui doivent, a priori, se terminer en fin d’année (1). Les enjeux et différentes options négociables doivent être éclairés. Dans le cadre de ces entrevues au ministère de la Santé ont été mis en place des groupes de travail spécifiques sur les aspects statutaires, le titre de psychothérapeute et la fiche métier. Ces domaines qui régissent le cadre d’intervention des psychologues exerçant à l’hôpital public concernent également l’évolution globale de la profession.

Dans la rubrique : Article

Psychologue hospitalière en début de carrière, l’article de Rémy Mervelet a particulièrement attiré mon attention *. Je partage son opinion, ses questionnements relatifs à la place du psychologue au sein du milieu hospitalier, ainsi que sa proposition de créer un doctorat d’exercice permettant justement de repenser, par la suite, cette place. Cependant, l’idée d’une modification du cursus de formation des psychologues me donne à réfléchir… À ce niveau, je ne partage pas ce même point de vue.

Pages

S'abonner à RSS - Hôpital

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter