Articles

Pour effectuer une recherche précise veuillez utiliser le moteur de recherche détaillé.


Mineurs non accompagnés : une clinique singulière auprès de jeunes mis à l’épreuve

Auteur(s) : Harbili Sabrina

Quitter sa maison, sa ville, son pays n’est jamais un acte facile, même lorsque ce départ vers l’inconnu est volontaire. Que dire alors des mineurs non accompagnés (MNA), ces adolescents – voire enfants – qui se voient contraints de quitter tout ce qu’ils connaissent et de se jeter dans un voyage à l’issue incertaine ? Sabrina Harbili, psychologue en centre d’accueil pour mineurs non accompagnés primo-arrivants, nous partage son expérience auprès de ces jeunes et s’interroge sur les modalités de prise en charge pour leur permettre de s’adapter au mieux à leur nouvelle vie.




La solidarité dans l’action sociale associative : une valeur centrale en voie de disparition ?

Les normes et procédures de validation de l’utilité sociale des associations sont généralement vécues dans les établissements sociaux et médico-sociaux comme une nécessité structurelle. Mais elles peuvent toutefois être un frein à l’exercice des volontés et des compétences, au détriment des principes déontologiques et des capacités techniques des professionnels. L’auteur nous invite ici à réfléchir à la production d’une culture institutionnelle recentrée, qui passerait par le tracé de nouvelles lignes entre valeurs affirmées, valeurs en usage et valeurs produites.


Les Aventures du capitaine Hatteras de Jules Verne : le sujet psychotique, héros de l’impossible

Auteur(s) : Brémaud Nicolas

La littérature offre parfois de saisissants éclairages de la clinique. C’est le cas ici des Aventures du capitaine Hatteras de Jules Verne, où, au-delà de la finesse de la description de l’entrée dans la psychose et du déclenchement du délire du personnage principal, Hatteras, qualifié de « héros de l’impossible » par l’écrivain, se dessine l’articulation des concepts lacaniens d’« impossible » et de « réel ». Un parallèle intéressant pour permettre d’envisager cette dimension héroïque chez les patients, qui, eux aussi, se heurtent chaque jour de façon abrupte au réel, tentent d’y parer, de s’en défendre… quitte à délirer.


Réflexions sur les voies d’amélioration de la prise en charge palliative

Auteur(s) : Colombat Philippe

La prise en charge de la fin de vie – remise sur le devant de la scène avec l’actuelle mission ministérielle – est un thème récurrent en raison de l’insuffisance des structures de soins palliatifs et du constat dressé par les patients et leurs proches des carences de cette prise en charge. Pourtant, de nombreux textes législatifs et autres recommandations existent déjà, mais ne semblent pas toujours aussi facilement applicables ! Cet article se veut une synthèse de ces propositions qui nécessiteront, pour leur mise en application, une réelle volonté politique, des moyens et des espaces de réflexion au sein de ces services de santé.


La médicalisation de la fin de vie : une tentative de mise à l’écart des questions existentielles ?

Depuis l’introduction du concept de care en 1967, et pour répondre à l’évolution sociétale sur les questions liées à la fin de vie, le législateur n’a eu de cesse de réécrire les textes de loi transformant peu à peu la philosophie des soins en phase terminale au profit d’une médecine palliative. Serait-ce là le signe d’une société qui souhaiterait s’affranchir de l’angoisse liée à la mort ? Les auteures interrogent ici l’influence exercée par ce cadre législatif sur les positions subjectives de chacun et ce que peut apporter la psychanalyse pour penser notre rapport au réel, à la maladie et à la finitude.


Professionnels de la santé et fin de vie : un équilibre précaire entre les demandes et les ressources

Accompagner des patients en fin de vie et leurs familles plonge certains soignants dans une profonde souffrance qui les conduit parfois à envisager de quitter leur travail. Face à un équilibre souvent précaire entre les ressources dont ils disposent et les demandes liées à la complexité des ces services de soins, que disent-ils de leurs besoins pour garantir leur santé psychologique au travail ? Quels leviers sont à envisager ? Éléments de réponse.


Les médecins confrontés à la fin de vie : charge de travail, charge émotionnelle, dilemmes et santé psychologique au travail

Auteur(s) : Ardaen Fanny

La problématique de la fin de vie à l’hôpital soulève de nombreuses questions d’ordres éthique, relationnel, organisationnel et de santé psychologique chez les médecins. Considérée comme une population particulièrement exposée au risque de souffrance au travail, comment leur permettre de prendre en compte cette réalité intrinsèque à leur métier tout en préservant leur propre santé ? Quelle place les psychologues peuvent-ils avoir à leurs côtés ?


Les aides-soignants et les infirmiers face à la fin de vie : l’impact sur leur détresse et leur bien-être

Accompagner les patients en fin de vie mobilise chez le soignant des ressources émotionnelles spécifiques, mais nécessite aussi un environnement psychosocial soutenant pour faire face aux conflits éthiques et à la faible latitude décisionnelle. En prenant appui sur une enquête qualitative menée auprès de professionnels de santé, cet article souligne le rôle prépondérant du soutien social et de l’organisation de travail dans le maintien du bien-être des soignants et le rôle primordial d’une approche préventive auprès des professionnels confrontés à la question de la fin de vie.


Pages

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter