Articles

Pour effectuer une recherche précise veuillez utiliser le moteur de recherche détaillé.


Déficits fonctionnels des patients atteints de trouble bipolaire. Troubles cognitifs et traits de personnalité

Auteur(s) : Raust Aurélie

On a longtemps cru qu’entre deux accès thymiques, maniaques ou mélancoliques, les patients recouvraient leurs pleines capacités. Or, il apparaît, d’après les études les plus récentes, que les déficits des patients bipolaires persistent pendant les périodes de rémission. Les recherches actuelles visent à de nouvelles stratégies thérapeutiques pour atténuer les symptômes résiduels, subsyndromiques et cognitifs, perdurant entre les cycles de la maladie.


Une relecture des troubles bipolaires à travers la réactivité émotionnelle

Auteur(s) : MBailara Katia

Malgré les appellations diverses des pathologies humorales, la description des symptômes a peu évolué, fondée sur une approche de l’émotion en termes de tonalité affective, qui paraît insuffisante. Le concept de réactivité émotionnelle présenterait l’intérêt de mieux correspondre aux tableaux cliniques présentés par les patients.


Clinique de la bipolarité

Auteur(s) : Étain Bruno

Désormais dénommés « troubles bipolaires » par les classifications internationales, les pathologies de l’humeur revêtent différents aspects qui font que leur diagnostic est souvent difficile à poser. La clinique de la bipolarité doit être particulièrement rigoureuse et fine, afin d’éviter que les pièges des diagnostics différentiels ne retardent de plusieurs années le repérage de la maladie.


Conjoints de bipolaires et qualité de vie

Auteur(s) : Ellouze Faten

Une équipe de praticiens hospitaliers tunisiens s’est penchée sur la question originale du vécu des conjoints des patients bipolaires. Si la singularité de cette maladie est bien d’alterner des états d’humeur opposés et excessifs, et donc d’en étudier la dynamique et les conséquences, il est, en effet, plus rare de se pencher sur le ressenti des proches qui sont à proprement parler au cœur de ces mouvements et les deuxièmes victimes de la maladie.


Bipolarité et PMD Ses rapports avec la philosophie et la psychanalyse

Afin d’engager la réflexion sur cette pathologie mentale qui voit, aujourd’hui encore, sa dénomination et ses procédures diagnostiques évoluer, c’est ici à un détour historique, au regard de la mythologie, de la philosophie et de la psychanalyse, que nous sommes conviés.


La recherche et les publications : publier et ne pas périr

Auteur(s) : Schneider Benoît

Pour répondre à sa mission d’évaluation des activités des unités de recherche, l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) retient un certain nombre de critères (qualité scientifique, rayonnement scientifique, valorisation, formation), complétés par des indicateurs qui se veulent « aussi objectifs que possible ».


Bientôt dix ans !

Le « SIUEERPP » va bientôt avoir dix ans. Cet anniversaire n’est-il pas, selon la tradition, une bonne occasion d’être « présenté au monde » ?


Hommage à Claude Lévi-Strauss. La psychologie clinique est-elle une discipline structuraliste ?

Auteur(s) : Rizet Clément

Si la psychologie clinique s’intéresse plus aux différences entre deux sujets souffrant d’une même pathologie, par exemple une schizophrénie, qu’à la maladie elle-même, alors, c’est une discipline structuraliste.


Comptez, mais comptez bien !

Auteur(s) : Lemoine Claude

De plus en plus, les activités humaines, sociales ou économiques sont considérées sous le seul angle de ce qu’elles rapportent ou de ce qu’elles coûtent. C’est, bien sûr, le cas de la production, mais ce l’est devenu de secteurs entiers qui, jusque-là, n’entraient pas dans le registre comptable, tels les services aux personnes, la formation ou les soins. Il faut donc partout gagner plus que les sommes investies. Et, pour cela, il est indispensable de compter, d’évaluer et de contrôler les opérations et, par suite, la valeur des personnes qui les assurent.


Tarte ta gueule à la récré !

Auteur(s) : Houssier Florian

Nous sommes en plein moyen âge, celui qui précède l’âge bête. Le mot « récréation » apparaît au XIIIe siècle, utilisé au sens de « réconfort ». Puis il devient le temps de repos permettant aux élèves de se délasser. La marelle, née au XVe siècle, fait partie des jeux qui s’imposent durablement, pendant que les osselets ont disparu.


Pages

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter