Articles

Pour effectuer une recherche précise veuillez utiliser le moteur de recherche détaillé.


Le Relais étudiants lycéens, un modèle de traitement psychodynamique pluridisciplinaire

Le temps des études supérieures induit de nombreux changements, tant dans la construction des jeunes adultes que d’un point de vue relationnel. Les tentatives de suicide sont un motif fréquent de consultation des étudiants au Relais étudiants lycéens de Paris, souvent sur fond de décrochage universitaire. Ces crises imposent l’exploration clinique d’une souffrance psychologique sous‑jacente.


Si jeune et déjà au bout de sa vie ?

Depuis les attentats terroristes de 2015 en France et la pandémie de la Covid-19, les enfants et les adolescents se trouvent plongés dans les paradoxes contemporains, entre réalité et fiction, prépondérance des écrans et transformation des liens familiaux. En s’appuyant sur son expérience clinique, Marluce Leitgel Gille en retranscrit les conséquences sur leur santé mentale, sur leur corps et sur la pratique professionnelle.


Désarroi des fantasmes et des actes

À travers cet article, la psychothérapie d’une adolescente suicidante témoigne des fantasmes et des conflits qui la traversent : crises de panique, rapports familiaux conflictuels et construction narcissique. Pour l’auteur, les attaques violentes contre le corps ou envers l’environnement sont le signe de la processualité en cours. Comme tout symptôme, ces dernières appellent des réponses adaptées, parmi lesquelles l’hospitalisation.


Se tuer soi ou tuer l'infans en soi ?

L’expérience de Nathalie de Kernier dans le suivi d’adolescents suicidants à l’hôpital lui a permis d’observer et de mieux comprendre leur fonctionnement psychique. Au-delà des changements pubertaires qu’implique cette période de vie, il s’agit également de dépasser l’enfance, briser les liens incestueux et de s’accepter. Déboussolés, les jeunes patients peuvent chercher dans la mort une réponse à leurs questions existentielles.


Qu’est-ce qui empêche un adolescent de se suicider?

Auteur(s) : Ladame François

L’approche traditionnelle de la problématique suicidaire repose sur l’étude des facteurs reconnus comme déclencheurs du suicide. Ces « facteurs de risque » peuvent être des symptômes cliniques, des troubles psychopathologiques, des facteurs sociaux, environnementaux, et familiaux. À travers une situation clinique, l’auteur entend renverser la perspective habituelle en cherchant à comprendre ce qui peut empêcher les adolescents de se suicider.


« Je ne voulais pas mourir, je voulais juste me tuer »

Auteur(s) : Pommereau Xavier

Les conduites suicidaires relèvent d’un phénomène complexe, déterminé par l’interaction de facteurs de natures diverses, et sont accompagnées de facteurs de risque qu’il faut reconnaître à temps. Tout en explorant les ressorts de l’acte suicidaire chez l’adolescent à partir de son expérience clinique, l’auteur en indique les critères de gravité, en abordant les questions identitaires et existentielles chez des adolescents en construction et en souffrance.


Psychologie et société

Auteur(s) : Lemoine Claude

L’image de la psychologie dans les médias est généralement cantonnée à des dimensions intimes, traumatiques ou thérapeutiques portant sur des catastrophes, des problèmes psychiques dépressifs et des maladies mentales.


Déréglés. À propos de One of us et Unorthodox

Auteur(s) : de Azambuja Miguel

Des réalisatrices de One of Us 1, Heidi Ewing et Rachel Grady, je n’avais vu qu’un seul autre documentaire et il était impressionnant. Il s’agissait de Jesus Camp, dans lequel était présenté un camp d’endoctrinement des enfants – et je ne force pas les mots – en Dakota du Nord, tenu par des mouvements chrétiens évangélistes, prêts à former des guerriers de Dieu pour lutter contre Satan, ses pompes et ses œuvres : l’homosexualité, l’avortement, le darwinisme et j’en passe. On assistait aux prémices de la construction d’une identité malade, un monde organisé par des croyances folles. Jean-Bertrand Pontalis disait que l’analyse favorise le trouble de penser, « sans quoi il n’y a pas de pensée mais croyance ». Cette fois, ces deux termes – pensée et croyance – sont portés aux extrêmes : la pensée a banni le trouble, la croyance a acquis des proportions insensées.


Covid et consultations à distance : du Co sans vide?

Nonobstant les confinements successifs, les prises en charge thérapeutiques ont été maintenues pour la plupart, mais à distance, via les visioconsultations. Les thérapeutes et leurs patients ont dû s’adapter à cette nouvelle configuration. Quelles en ont été les conséquences tant positives que négatives ? Pour nous permettre de mieux nous saisir des effets induits, les auteures définissent et différencient les notions de dispositif et de cadre qui structurent la pratique du « psy ». Elles rappellent en quoi le thérapeute a besoin d’une sécurité intérieure professionnelle stable.


Clinique du diagnostic et perspectives psychanalytiques. Apports du diagnostic au trouble du comportement alimentaire

Dans nos pratiques, le diagnostic est un outil indispensable au savoir empirique en questionnant l’apport de la dynamique psychique qui se joue dans tout fonctionnement psychopathologique. Cependant, devrions-nous aussi diagnostiquer l’acte qui le produit ? À partir d’une introduction épistémologique de la notion de diagnostic, l’auteur propose une réflexion clinique sur la notion d’« accès » afin d’en souligner son apport au trouble du comportement alimentaire. L’étude diagnostique est donc située dans son approche de dynamique relationnelle pour tenter d’aller au-delà du simple principe du comportement troublé par son alimentation.


Pages

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter