Psychiatrie

Dans la rubrique : Article

Déstabilisés par la maladie mentale de leur enfant adulte, par sa souffrance, confrontés à leur impuissance de pouvoir leur venir en aide, certains parents franchissent le pas et arrivent en thérapie, un peu perdus… Un accompagnement du couple dans une dimension systémique peut venir dénouer des sentiments de culpabilité, mettre au jour les enjeux relationnels à l’œuvre dans la famille, et ainsi permettre un changement de regard et de modalité d’interaction.

Dans la rubrique : Article

En avril 1998, Xavier Emmanuelli, président du Samu social de Paris, créait le Réseau national souff rance psychique et précarité pour venir soutenir le travail des équipes déjà présentes auprès des SDF… en grande souff rance psychique et pallier les vides entre la rue et l’hôpital psychiatrique. Sylvie Quesemand-Zucca, collaboratrice de la première heure, revient sur ce projet où tant les modalités que les mentalités étaient à modeler !

Dans la rubrique : Article

Psychologue clinicien, mais aussi infi rmier psy, médecin psychiatre ou encore travailleur social… l’ensemble des équipes mobiles psychiatrie-précarité oeuvrent pour implanter au coeur de la cité une veille sociale, un « prendre soin » singulier, une forme de parentalité institutionnelle.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec A. Castera, B. Chamak, M. Colucci, P. Di Vittorio, P. Faugeras, Ch. Laval…

Dans la rubrique : Article

Face à la guerre mondiale désastreuse pour les peuples européens, pessimiste sur l’avenir de la civilisation, inquiet pour l’avenir de la psychanalyse, Freud s’appuie sur des observations menées sur les névroses de guerre pour relancer et réorienter ses élaborations théoriques, refonder l’appréhension de l’inconscient et construire ce que l’on a appelé la « deuxième topique ». On comprend bien ici la manière dont s’effectue, au sein de la conceptualisation psychanalytique, l’ouverture de nouvelles voies.

Dans la rubrique : Article

La pratique clinique avec les sujets sdf confronte à un phénomène tout à fait particulier : l’incurie. S’enveloppant dans des odeurs, dans des substances corporelles, c’est un « manteau cloacal » qui recouvre alors leur corps et impacte leurs relations. Une confrontation de données psychiatriques, psychodynamiques et anthropologiques, permet ici de mieux comprendre les fondements et rôles de cette « seconde peau ».

Dans la rubrique : Article

Choix des termes, temps de l’annonce, représentations de chacun, l’énoncé d’un diagnostic n’est pas sans conséquences dans la prise en charge d’un patient. Mais quelles sont-elles ? Quels impacts ont les mots ? Au-delà du diagnostic lui-même, c’est son usage qui est ici questionné et pensé, car « un énoncé diagnostique ne répond pas d’une vérité, mais d’une construction induite par un modèle de référence».

Dans la rubrique : Article

Si l’aliénation au délire d’un autre est possible – un individu actif transmet un délire « construit et plausible » à un individu « sain d’esprit », passif, qui va adapter ce délire à la réalité –, la mise en commun du délire l’est d’autant. Chacun est contaminé par le délire de l’autre et l’intègre au sien : on parle de « délire à deux ». Mais quels sont les mécanismes de cette psychopathologie et comment fonctionnent les sujets impliqués ? Illustration à partir de l’hypothèse d’un délire à deux à l’œuvre au sein du couple Fourniret.

Dans la rubrique : Article

Les réactions des patients face à leur hospitalisation, notamment en services pédiatrique et psychiatrique, suscitent des interrogations quant au rapport des sujets au soin. Vécue de manière douloureuse et pouvant remettre en cause le fait même de vivre, l’hospitalisation renvoie aux angoisses de séparation et, de fait, relève d’un travail de deuil. Quels sont les étapes, les « temps » repérés ? Comment oeuvrent les équipes dans l’accompagnement des sujets, de leur admission à la sortie ?

Dans la rubrique : Article

La rencontre de l’autre dans un contexte de double étrangeté, celle de la maladie mentale et la celle de la différence culturelle, interpelle chacun au plus profond de son humanité. Rester professionnel dans ces conditions implique le besoin d’un « nous » et d’un cadre, pour éviter la confusion des langues, du même et de l’autre par l’effondrement des frontières géographiques. Voici un témoignage singulier des limites de l’altérité et de la nécessaire analyse du contre-transfert culturel pour pallier l’arbitraire des frontières psychiques.

Pages

S'abonner à RSS - Psychiatrie

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter