Psychanalyse

Dans la rubrique : Article

En analysant les oublis de noms propres, Sigmund Freud a ouvert une réflexion autour des images susceptibles de remplacer une élaboration verbale, relative à un souvenir. Les images offrent un moyen d’échapper aux mots, en utilisant une forme plus primitive de communication. Cette approche met en lumière les associations qu’un sujet est en mesure de produire à partir des signifiants d’une image.

Dans la rubrique : Article

La « théorie sexuelle » est l’un des piliers de la psychanalyse, au sens où, pour Freud, toutes les activités humaines mettent en jeu la pulsion sexuelle, directement dans les activités érotiques ou indirectement dans le rapport à l’autre et aux objets. Or, depuis Freud, la place du sexuel et du rapport entre les sexes a considérablement changé : libéralisation des mœurs, exacerbation du narcissisme, multiplication des activités autoérotiques... Changements auxquels les psychanalystes se doivent d’être attentifs pour en entendre et traiter les effets dans leur clinique. 

Dans la rubrique : Article

Dans le champ psychosocial, le terme d’« usager », d’apparition récente, a tendance a remplacer celui de « patient ». Malgré les réserves quant à l’emploi de ce signifiant, celui-ci mobilise potentiellement des enjeux inconscients et laisse davantage de place au sujet dans le déploiement des soins afin qu’il devienne acteur de son traitement. Il reste au praticien de questionner sa fonction et son expertise au sein du dispositif clinique afin de rendre opérante l’utilisation de ce concept.

Dans la rubrique : Article

Le libéralisme, la modernisation, la consommation caractérisant nos sociétés contemporaines ont propulsé le règne de l’objet, proposant une offre permanente à chacun, ouvrant l’accès à une « jouissance objectale ». Mais, en cela, elles poussent aussi les sujets vers des comportements addictifs où de nouveaux dispositifs psychiques se mettent en œuvre. Récusant le « Nom-du-Père », repoussant la castration comme manque symbolique visant l’objet imaginaire – le phallus –, ce type de mécanisme est à étudier avec attention.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec P. Landman, O. Douville, P. Thomas, P. Chemla, G. Dana, L. Delhommeau, G. Torgemen-Wolmark, G. Pommier, D. Tourrès, B. Golse, P. Delion, U. Renard, Y. Derobert et G. Chaboudez.

Dans la rubrique : Article

La psychologie a fait l’objet de multiples développements dans des champs diversifiés et a donné naissance à un ensemble de sous-disciplines. Mais elle est aussi l’objet de représentations, de mythes et le théâtre d’affrontements issus d’orientations différentes et parfois opposées. Historiennes en psychologie, Annick Ohayon et Régine Plas recensent les « idées reçues » dans cette discipline et les envisagent, sous un angle critique, à la lumière de l’histoire du XXe siècle. Leur contribution va même au-delà en ce qu’elle aide à la compréhension de phénomènes récents, surgis au sein de la communauté scientifique des psychologues et aussi des psychanalystes : principalement les querelles d’école, les discussions autour de certains concepts clés ou encore les luttes d’influence.

Dans la rubrique : Article

René Roussillon occupe une place de premier plan dans le champ psychanalytique français. Il présentait, en 1997, la constitution du cadre analytique comme allant de pair avec l’élaboration de la théorie et permettant à chaque remaniement les conditions optimales pour la symbolisation. Peut‑on analyser l’histoire de l’évolution du cadre ? Quelle théorie de la symbolisation sous-tend-il ? Et comment s’arrange-t-il de la clinique actuelle ? Les travaux de René Roussillon portent aujourd’hui sur l’archaïque, la constitution de l’objet et la symbolisation, et font autorité.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec S. Lippi, F. Vinot, S. Askofaré, J.-M. Vivès, M. A. Coutinho Jorge, M. B. Carrasco, É. Bidaud, A. Boissière, F. Hofstein, C. Masson, V. Jacob Alby, L. Petit et J.-J. Rassial.

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Star wars et ses héros font partie de l'inconscient collectif juvénile depuis deux générations. Les auteurs, psychanalystes et passionnés de cinéma, analysent ce phénomène et questionnent la connaissance intime et singulière qu'en ont leurs patients surtout adolescents. En quoi peut-on parler de mythe moderne pour cette oeuvre ? Qu'est-ce que l'adolescent vient chercher dans cet univers : projection de ses fantasmes agressifs, oedipiens, identification à un héros traversé comme lui par la violence et l'ambivalence de son âge ? En quoi le destin du personnage principal de cette saga, le sombre Dark Vador, parle-t-il de mélancolie ? Star wars a dépassé son créateur. À l'aide de la psychanalyse, nous pouvons y lire le miroir d'une époque qui change de millénaire, dans sa singularité et dans ses invariants, y entendre les questions et les angoisses inconscientes du sujet en devenir adulte, dévoiler aussi les fantasmes étonnants sous-tendus par l'oeuvre de Georges Lucas : le passage de questions sur le père mythique à la lutte contre une mère omnipotente, du conte au tragique, jusqu'à l'évitement final du féminin, et donc du sexuel. Dans cet essai vif à l'adresse d'un public cultivé et curieux, Dark Vador, le méchant le plus célèbre du cinéma, passe sur le divan et dévoile sa mélancolie adolescente, cause et raison de sa bascule du «côté obscur de la Force».

Test alt

Dans la rubrique : Lire

Avec J. Dayan, M. Molina, F. Jouen, J. Decety, M. Barbu-Roth, J. Provasi, B. Golse et J. Rochette‑Guglielmi.

Pages

S'abonner à RSS - Psychanalyse

Abonnez-vous !

pour profiter du Journal des Psychologues où et quand vous voulez : abonnement à la revue + abonnement au site internet

Restez Connecté !

de l'actualité avec le Journal des Psychologues
en vous inscrivant à notre newsletter